Revue Web

ESSAIS

Une certaine idée de la discrimination positive

5 mars 2005




  • Texte en PDF





Masquez la colonne info

Quand on crée des quotas pour les personnes handicapés, quand on légifère pour que 50% des femmes se trouvent sur les listes aux élections, quand on crée des zones franches ou des zones d'éducation prioritaire, qu'est-ce qu'on fait si ce n'est de la discrimination positive ? C'est en ces termes que cite Gwénaële Calvès dans le « Que sais-je ? » qu'elle a consacré à ce sujet, que Monsieur Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l'intérieur, lançait le débat sur la Discrimination positive en France.

Nous sommes en 2003. Le constat se fait de plus en plus pressant qu'une partie de la population française, aujourd'hui appelée minorités visibles, devient soudain invisible quand elle se confronte à la dure épreuve de l'accès à l'emploi ou au logement. Les difficultés qu'elle rencontre ne sont pas dues à des problèmes économiques, mais au délit de faciès. Le constat fait, il convient de trouver des solutions pour remédier à cette injustice. Va-t-on continuer à faire aveuglement confiance au dogme de l'automaticité de l'intégration républicaine, dont on nous dit qu'elle a toujours réussi à faire entrer les courants migratoires dans le main stream français dès la deuxième génération, quand leur visibilité ici généralement caractérisée par une maîtrise approximative de la langue française et un accent indubitablement étranger disparaît ? Va-t-on faire semblant de croire que la coriace visibilité physique des nouveaux migrants mélaninée ou basanée qui contraste avec la blancheur des autres courants, va disparaître dès la deuxième génération ? N'est-il pas urgent de reconnaître que cette situation est nouvelle et qu'il convient de lui trouver des solutions adaptées ?

Dans un premier temps, tout porte à penser que si le constat est globalement partagé, les solutions restent à trouver. Les propositions des uns un préfet musulman, le CV anonyme et les réticences des autres à étudier l'application, sinon l'adaptabilité de la discrimination positive à la situation française, montrent à quel point le chemin à parcourir reste long et périlleux, parce que c'est un chemin pavé d'ignorance, d'analyses sommaires ou de positionnements stratégiques, politiciens.

Quelles que soient les raisons qui poussent le Ministre de l'Intérieur à brandir la solution surprenante du préfet musulman, provocation gratuite, inconsciente ou interpellative, analyse électoraliste et concomitant appel de pied au vote musulman, le résultat est le même. Peut-être le Ministre n'en est-il pas conscient, mais il nous ramène à l'ère coloniale et au syndrome de l'évolué1. Vu sous cet angle ministériel, les revendications des autres minorités visibles vaudouïstes, hindouistes, shintoïstes, animistes, kimbanguistes, bouddhistes, chrétiennes judaïques (en cherchant bien, on trouvera forcément un Falasha en France), pour la nomination d'au moins un sous-préfet confessionnel au sein de leur communauté religieuse, seraient parfaitement audibles.

Quant au Curriculum Vitae anonyme, il est révélateur de l'impossibilité des décideurs à réfléchir à long terme. Il est révélateur du recours à des solutions simplistes, sinon démagogiques et en l'occurrence injurieuses. Il est évident que nous ne mettons nullement en doute la bonne volonté des concepteurs de l'idée du CV anonyme. Mais, on peut toujours espérer que cette ruse de chasseur pygmée, cette finesse d'attrapeur de serpents marocain, ce stratagème des Vercingétorix de l'antiracisme, ait des effets positifs pour l'embauche des minorités visibles.

Nous pouvons admettre que certains patrons embaucheurs, pris au piège implacable du CV anonyme, battent honteusement leur coulpe discriminante et se convertissent brusquement au cours de l'entretien d'embauche, en de parfaits égalitaristes, et oublient comme par enchantement, toute cette charge éducative, ce formatage social, qui ont fait qu'inconsciemment, ils sont dans le complexe de supériorité du Blanc sur l'ancien colonisé « de couleur » et le relèguent à des emplois spécifiques. À ce propos, je ne connais pas un Blanc, quelque balaise qu'il soit, qui batte un Noir freluquet à l'embauche d'un vigile de supérette ED ou LIDL de banlieue. On peut aussi penser à pousser la logique jusqu'à imposer l'entretien d'embauche en chambres… noires. Il va sans dire mais je le dirai quand même , que ceux dont l'élocution plus ou moins académique est encore affublée d'un accent imprégné du martèlement bantou, du tintinnabulement soninko-bamabara ou encore des croassements ouediens, devront s'en débarrasser à la Diogène ou avec tout autre méthode de leur choix, ou alors s'abstenir. Parce que même dans l'obscurité, on les verra.

À côté des efforts parfois maladroits des tenants de la discrimination positive, il y a les opposants. Écartons rapidement il y a beaucoup à faire pour qu'on s'y intéresse longuement les contorsions politiciennes de Paul qui, les yeux fixés sur la barre des échéances électorales – disons au hasard, 2007 n'en veut pas parce que c'est Pierre qui a fait la proposition. Un avertissement cependant ; n'enterrons pas si vite Corne d'aurochs, ce personnage de Brassens qui, victime d'une indigestion critique, refusa le secours de la thérapeutique, parce que c'était à un Allemand, que l'on devait le médicament. Il en perdit la vie. Ici, c'est l'avenir des autres, des enfants français, que mettent en péril, nos Corne D'aurochs et autres Défense de Mammouth avec leurs positionnements politiciens.

Évacuons les craintes de ceux qui pensent que l'on attribuera les postes nobles au faciès et que dans cette répartition, l'éboueur sera invité à occuper la chaire de prof de maths, pour respecter les quotas.

Il y aussi ceux qui pensent à juste titre que la discrimination accorder un avantage à l'un au détriment de l'autre ne peut en aucune façon être positive. Et c'est ici que la terminologie revêt toute son importance. Elle dévoile sinon dénonce le mécanisme réflexionnel qui édulcore les mots pour faire accepter une idée, ou diabolise pour inspirer le rejet. Je parlais dans mon récent livre Je suis Noir et je n'aime pas le manioc, de ces édulcorations terminologiques qui font passer du Nègre au Noir, du Noir à l'homme de couleur, ensuite, au Black, au Kebla et au Renoi. Si le dernier terme paraît un moment plus acceptable, la problématique qu'il cache, reste entière. Et parce que la problématique n'évolue pas, quelques années après le terme acceptable ne l'est plus du tout et il faut le changer.

C'est ainsi qu'a été inventé cet oxymoron de la discorde discrimination positive , cette juxtaposition des opposés, parce que le dispositif qui est arrivé dans le paysage sociopolitique français au moment où le dispositif social qu'il portait était non grata à cause de la conception républicaine égalitariste. La France n'acceptait pas la notion de groupe, de communauté, tous les individus étant égaux en droit. Les systèmes anglo-saxons, avec leurs ghettos, leur apartheid socio-spatial, paraissaient aux antipodes de la vertu française. Depuis, l'eau a coulé sous les ponts qui essaient de relier toutes les races qui composent la France d'aujourd'hui. Nous avons été acculés à regarder cette nouvelle réalité multiraciale en face, à admettre qu'elle posait problème, que les ghettos se dressaient aux confins miséreux de nos cités, que de petits basanés et mélaninés étaient orientés vers les versants inhospitaliers d'une francité de (seconde) zone, que nous risquions d'être très vite plus perfides que l'Albion et donc, qu'il fallait, en tenant compte des spécificités historiques les origines des nouveaux migrants et de leurs rapports passés avec la société française et sociologiques la France n'est pas terre d'apartheid, d'esclavage ou de castes rechercher rapidement des solutions en s'inspirant de la démarche des précurseurs de l'Action affirmative ou positive. Que sont les États-Unis d'Amérique, l'Inde ou encore l'Afrique du Sud. 

Un peu d'histoire

C'est au début des années 1980 que l'expression « Discrimination positive » apparaît dans le vocabulaire français. Selon la juriste Gwénaële Calvès, « dès 1981, l'important rapport Schwartz avait recommandé d'opérer des discriminations positives au profit de trois catégories : les jeunes sans qualification, les jeunes filles et les enfants d'immigrés »2.

C'est encore au début des années 1980 que les enfants du regroupement familial initié au milieu des années 1970, cessent peu à peu d'être des enfants mignons qui suscitent l'admiration extatique et les oh, qu'il est adorable des petites vieilles et des travailleuses sociales en tous genres, pour devenir des adolescents grognons au grand désespoir des institutions.

C'est toujours au début des années 1980 que ceci entraînant cela, cette jeunesse descend dans les rues et ensuite parcourt les routes de France en une longue marche des beurs, pour protester contre la montée des comportements discriminatoires. Cette jeunesse qui descend des migrants africains, hommes et femmes occupant des fonctions subalternes, et copieusement infériorisés par la population autochtone, ne veut point hériter de cette situation. Elle le fait savoir bruyamment.

On peut penser que cette évolution ait conduit certaines personnes à rechercher des solutions pour éviter que la situation ne s'envenime. On commence alors à parler de discrimination positive. 

Un peu de sociologie

La France est l'un des rares pays dont le recours à l'immigration de main d'œuvre a toujours volontairement privilégié des populations subalternes. Que cette immigration soit interne les Bretons et les Auvergnats qui affluent vers Paris ou qu'elle soit de provenance étrangère les Polonais des villes (minières), les Italiens des champs, les Portugais des chantiers, ou encore les Arabes des chaînes et les Noirs des rues elle est presque toujours composée de personnes pauvres, illettrées, d'origine rurale.

Les logiques économiques ont toujours été à la base des choix des patrons français pour une main d'œuvre subalterne. Cependant cette logique a été aggravée pour les derniers courants migratoires composés de minorités ethniques Arabes et Noirs , par une situation coloniale passée. Cette situation coloniale a institutionnalisé des rapports de dominant et dominé entre le Blanc et l'homme de couleur, avec pour les Noirs, une condition encore plus aggravante que sera la Traite négrière. La fin de la Traite et de la colonisation, loin de normaliser les relations, va ajouter une pesanteur supplémentaire avec le sentiment de culpabilité du Blanc, ce sanglot permanent agaçant et infécond dont parle Pascal Bruckner3. Cette institutionnalisation de la subalternité du nouveau migrant va freiner la désaliénation des enfants d'immigrés ici le terme alien est à prendre dans son sens anglo-saxon, c'est-à-dire l'étranger. La recherche des solutions extraordinaires, exorbitantes du droit commun ou des mœurs habituelles, va donc s'imposer pour combattre cette situation tout aussi inhabituelle. Il conviendra alors de rechercher des modèles auprès des peuples où la discrimination est institutionnelle.

Les Américains, les Indiens et les Sud-Africains sont des peuples où les discriminations sont institutionnelles. Aux États-Unis, cette institutionnalisation est due à l'esclavage des Noirs et à la place qui a été réservée à ceux-ci dans le paysage social américain. En Afrique du Sud, c'était l'apartheid évolution séparée des races et en Inde, le système des castes codifiait la société et conduisait à une évolution séparée des groupes, système comparable à l'apartheid. Même si en France l'institutionnalisation de la discrimination existe bien dans les faits et non dans le droit comme dans les pays cités plus haut les situations diffèrent sensiblement.

La spécificité de la France réside dans un élément essentiel. Dans les autres pays, l'institutionnalisation de droit des discriminations s'accompagne d'une imperméabilité totale des frontières entre différents groupes. Les mariages intergroupes étaient interdits et les simples rapports sexuels pouvaient être sanctionnés par la condamnation à mort du subalterne contrevenant. La fréquentation des espaces de socialisation, d'éducation, de sport et de divertissement écoles, stades, bistrots, églises s'organisait sur la base raciale. Même la fin des discriminations institutionnalisées n'a pas sonné le glas de ce tabou. Et sa transgression devient souvent le premier acte de bravoure de l'ancien dominé. Les exemples tirés du cinéma américain illustrent cette situation de manière caricaturale.

Dans le film Devine qui vient dîner, chef-d'œuvre du plaidoyer contre le racisme, le fiancé sémillant et éperdu d'amour n'embrasse pas une seule fois sa dulcinée parce qu'il est noir et elle blanche. Il est vrai que nous assistons comme dans le théâtre classique français, à un respect assez rigoureux de la règle des trois unités. En effet, presque en un seul lieu, et en seul jour, un seul fait accompli, tient jusqu'à la fin, le spectateur ravi. Oui mais en un jour, même dans la maison des parents de leur bien aimée, Rodrigue et Curiace auraient étouffé Chimène et la belle Horace dans des étreintes enflammées. Ici, pas le moindre bécot volé, à peine un effleurement des mains. Par contre, quand apparaît l'intrépide Shaft dans le film Shaft et les trafiquants d'hommes, l'occasion est trop belle pour être ratée.

En effet, la filmographie de Shaft représente ce moment de la lutte pour les droits civiques où le Noir américain décide de s'émanciper en déclarant la guerre à l'ancien maître, de sortir des rôles subalternes réservés aux Noirs, que récusait Sydney Poitier, le héros de Devine qui vient dîner. Le Noir décide de se créer des héros symboliques dans cette lutte qui l'oppose au Blanc. Et Shaft, c'est le Noir fort en muscles à la dégaine stéréotypée de l'invincible cow-boy/shérif et de son successeur le détective privé, personnages qui restaient encore l'espace interdit aux Noirs. Ainsi, dans sa course héroïque et victorieuse le shérif ne meurt jamais qui l'oppose au Blanc pour sauver ses frères Noirs, Shaft, John de son prénom, trouvera temps et moyen, sans rien faire d'autre que d'être Shaft, de faire craquer la maîtresse il est vrai, quelque peu nymphomane du chef des méchants. Après moult suppliques voluptueuses de celle-ci il condescendra à lui faire grâce d'une couchaillerie, bien sûr comme aucun Blanc n'en est capable. Et la dame comblée, comme dans tous les bons films, lui offrira sa vie en acceptant d'aller au ciel pour sauver celui qui l'a fait monter au septième ciel.

En France, championne du monde des mariages mixtes, les frontières raciales sont tellement imperméables qu'aujourd'hui, une union sur quatre est interraciale. L'été venu, les couples dominos investissent les rues et les plages et on voit souvent se suspendre au bras d'un ébénique mari, des belles caucasiennes, sans que cela cause des torticolis, des attroupements, des émeutes ou des lynchages dans les rues de France, même si cela fait parfois jaser dans les Caraïbes. En France aucun espace n'est interdit aux Noirs et aux chiens, ni aux Noirs et aux Arabes, encore moins aux Noirs et pas aux chiens, même si certains tenanciers de boîtes de jour (les entreprises) et de nuit essayent de déroger à la règle. En France, bien que les mentalités aient essayé de forcer à penser autrement, la subordination des minorités n'est pas héréditaire et les jeunes se donnent les moyens pour le faire comprendre et accepter bon gré, mal gré. En France, la durée des discriminations n'est pas séculaire. Elle est plus courte que dans les autres pays et l'on peut donc espérer que, conscience prise, son éradication peut se faire assez rapidement.

Une certaine approche pessimiste et pessimisante s'entête à juger mitigés ou tout simplement négatifs, les résultats des politiques de discrimination positive. Mais je pense que le constat est mal fait. La question qu'il convient de se poser c'est de savoir ce qui se serait passé aux États-Unis sans la discrimination positive. Question subsidiaire, quel autre dispositif aurait-on pu mettre en place ? Nous choisissons les États-Unis qui vont désormais servir de base à notre approche comparative.

La discrimination positive a obtenu des résultats fort appréciables dans les domaines institutionnels. Aux États-Unis, le Noir s'est vu imposé un régime d'oppression particulièrement long, qui a couru sur plusieurs siècles. Aux États-Unis, on accédait à la condition de discriminé par la naissance et on n'en sortait que par la mort. Grâce à la discrimination positive, beaucoup de Noirs se sont libérés de cet atavisme, de cette prédestination. Dans les années 1960, l'Oncle Sam est au bord de la guerre civile entre les Noirs et les Blancs. Le combat que les Noirs ont initié pour les droits civiques, arrive à son apogée. Noirs et Blancs s'affrontent, chacun avec ses moyens : d'un côté, la guérilla urbaine du pauvre, de l'autre la répression brutale du plus fort.

Il fut un temps où le rêve du retour en Afrique faisait rire sous cape l'Amérique blanche devant l'égarement idéologico-affectif des Noirs qui se représentaient une Afrique terre promise. On les y a encouragés, on les y a aidés, on a affrété des bateaux. On a applaudi le sentimentalisme bon enfant de ces Américains qui cédaient si gentiment leur part de gâteau, une fois leur tâche achevée. Aujourd'hui le rêve du retour est remplacé par le rêve luthérien d'une Amérique dont les montagnes et les vallées de la discorde, de la discrimination, de la récrimination et de la haine, seront aplanies, même si une partie de l'Amérique noire, incarnée par Malcolm X raillera longtemps la naïveté du pasteur noir en disant que pour le Noir, il n'y a pas de rêve américain, il y a plutôt le cauchemar américain. Ces deux personnage clefs de la lutte pour les droits civiques des Noirs américains me font penser aux oncles Martin et Gaston de la chanson de Brassens, dont l'un aimait les Tommy et l'autre les Teutons. Comme les deux oncles de la chanson, les frères longtemps ennemis l'approche de Malcolm X est devenue moins radicale vers la fin de sa vie sont morts comme à la guerre, tués par des balles tirées par d'autres frères. Aujourd'hui, l'histoire a donné raison au Pasteur mythique devenu héros national.

Aujourd'hui, on peut parler de la réussite du rêve américain pour les Noirs, et faute de mieux, faute de croire que c'est l'action du Saint Esprit qui a permis l'évolution de la situation, et en attendant que l'on nous prouve réellement le contraire, on peut attribuer ce succès, même relatif, à la lutte pour les Droits Civiques et au dispositif qui en a résulté, la discrimination positive.

Aux États-Unis, de façon institutionnelle « les destins individuels étaient totalement dépendants du destin collectif. »4. Mais qui peut encore penser que les destins de Colin Powell ou de Condoleeza Rice sont redevables à leur groupe et non a leurs seuls mérites. Qu'importe, si la discrimination positive, comme l'en accusent ses détracteurs, a créé deux Amériques noires, là où il n'y en avait qu'une. Seulement aujourd'hui, l'une de ces Amérique a connu l'ascension sociale dont on peut penser fort logiquement qu'elle serve de modèle à l'autre tôt ou tard. Elle a fait aussi comprendre que le rêve américain n'est plus cauchemar pour le Noir. Qu'importe si « en précipitant l'avènement d'une bourgeoisie noire intégrée à la société globale, elle a poussé ces nouveaux notables à quitter les quartiers noirs traditionnels et a privé le groupe de ses élites naturelles. »5. On ne peut pas à la fois promouvoir l'émergence des individus au détriment du groupe et reprocher à ces individus de devenir indépendants du groupe. Désormais, ce n'est plus aux « élites naturelles » de veiller sur leur groupe. Cette tâche doit être fort logiquement rendue à l'État qui est seul garant de la cohésion et de la sérénité des individus.

Aujourd'hui, « dans les séries policières, neuf fois sur dix, le violeur est blond aux yeux bleus, pour qu'on ne donne pas l'impression de dépeindre les minorités de manière négative ; et lorsque le délinquant est noir, et que le détective qui le pourchasse est blanc, on s'arrange pour que le chef de police soit noir, lui aussi. Agaçant ? Peut-être. Mais quand on se souvient des vieux films de cow-boys et d'Indiens, où ces derniers étaient fauchés par vagues entières sous les applaudissements frénétiques des gamins, on se dit que l'attitude actuelle était un moindre mal. »6

Amin Maalouf a raison. De toutes les façons, puisque les minorités ne pouvaient plus accepter le vieux cliché de la justesse du combat du cow-boy, de son infaillibilité et de son invincibilité, c'était soit Men in Black, et L'arme fatale où le Noir et le Blanc sauvent l'Oncle Sam, ou alors Shaft défiant et terrassant le nouveau cow-boy désormais affublé, dans la nouvelle mythologie négro- américaine, des oripeaux du méchant. L'Amérique a fait le choix et le bon : ce sera Men in black et compagnie.

Et c'est ici que l'affirmative action américaine prend toute sa valeur. C'est dans cette approche symbolique qu'elle prend tout son sens En quarante ans, on est passé d'un rêve racial, d'une mythologie raciale qui a été dominée par le Blanc sinon le WASP pendant quatre cents ans, à une mythologie nationale, où toutes les races trouvent leur place. Plus que les résultats de l'action politique sans cesse ballottée et ralentie par les alternances, c'est cette ambiance générale à laquelle les Américains sont arrivés qui importe ; où chaque citoyen et surtout les minorités dans la télévision, au cinéma et même dans l'espace politique, retrouve des visages qui ressemblent au sien, ne se sent plus exclu et peut reprendre espoir.

Et c'est cet espace mythologique que la France doit conquérir. Les débats sur la discrimination positive française ont très peu exploité cet aspect symbolique. Les débats sur la discrimination positive française ont toujours négligé deux aspects fondamentaux des discriminations et des minorités.

Les discriminations dont sont victimes les minorités en France sont assez récentes. Elles sont apparues après le regroupement familial et avec les jeunes générations. En effet, on ne peut pas parler de discrimination pour le Soninke analphabète qui est éboueur comme il l'aurait été dans n'importe quelle partie du globe, même dans son propre pays d'origine. Qu'on ne l'ait pas aidé à évoluer est une autre chose qu'il ne faut pas confondre avec le débat qui nous intéresse. L'Espingoin, le Rital, le Porto, le Polack ou même l'Auvergnat et le Breton, ont été logés avant lui à la même enseigne. Là où aux USA on a l'ancien esclave, où la situation d'esclavage était héréditaire les castes le sont aussi en Inde, tout comme le déterminisme racial qu'engendra l'apartheid en Afrique du Sud en France on est en présence d'hommes libres, pouvant aspirer à l'évolution même si celle-ci est freinée par les discriminations. Ici, la discrimination positive va donc être un accélérateur, une réparation plutôt que l'invention d'un système neuf.

Aux États-Unis, l'institution et la société civile sont toutes les deux les sièges des discriminations. En France, de l'accès au logement ou à l'emploi, aux errements discriminants des acteurs scolaires, sanitaires ou sociaux qui confondent minorité avec étranger, seule l'institution est porteuse de cette discrimination, de cette infériorisation, héritées de la colonisation et de ses politiques d'indigénat et d'assimilation. Il appartient donc exclusivement à l'institution d'évoluer et de rejoindre l'état de sérénité raciale assez avancée au sein de la société. En France plus qu'ailleurs, les institutions ont donc le devoir de créer une mythologie nationale dans laquelle se reconnaîtront les minorités. Et c'est en cela que l'expérience de l'Institut d'Études Politiques de Paris prestigieuse institution s'il en est est innovante.

Le métro parisien est bourré d'informations sociologiques d'un intérêt exceptionnel. L'inconscient collectif de la société française s'y dénude comme une stripteaseuse, un Turc sans moustache ou un Sikh sans turban. Dans cet institut démographique souterrain, chaque station a sa population et chaque groupe est facilement identifiable à ses rituels, à ses comportements. Ainsi, il y a d'un côté les resquilleurs et de l'autre les contrôleurs. En Angleterre, de manière générale, le contrôleur se positionne de manière à ce que le resquilleur n'ait aucune chance de commettre son forfait. Soit parce que dans le bus, il demande systématiquement le titre de transport à tous les passagers, soit parce que dans le métro, il se tient devant le portillon. En France le contrôleur joue au chat et à la souris avec le resquilleur. La station des Halles est l'arène mère, le Bercy, le Madison Square Garden de ce combat. Les contrôleurs se cachent derrière les piliers, dans les guérites aux glaces sans tain, usent du talkie, communiquent par SOS, sémaphore et morse pour chasser du suspect. On a l'impression qu'ils sont payés à la tâche et qu'en plus ils prennent un immense plaisir à jouer aux gendarmes, aux redresseurs de tort, à culpabiliser, à acculer, à accuser, à punir, à créer un univers de bons et de méchants.

On a souvent l'impression qu'en France, les notions de culpabilité et de châtiment l'emportent sur celles de prévention, de pédagogie et de récompense du mérite. À la politique américaine du dollar et du gros bâton, expérimentée aussi pour la discrimination positive, on oppose la seule répression. Dans cette optique, le testing piège tendu aux portiers des boîtes de nuit pour le flagrant délit de discrimination au faciès est apparu comme la panacée qui allait diaboliser et clouer dans la honte ces infâmes tenanciers qui osent pratiquer le choix de la clientèle au faciès, comme s'il existait dans ce pays une seule institution qui ne pratique pas ce modèle de choix. La contre-productivité et les effets pervers de cette méthode culpabilisatrice sont immédiats. Le propriétaire agressé ne comprend pas ce qu'on lui reproche alors qu'il ne fait que s'aligner sur le modèle ambiant. Dès lors, plutôt que de l'aider à comprendre que le critère ethno-racial est un mauvais critère, on va l'aigrir, l'humilier. Résultat : on va l'amener à affiner ses comportements discriminatoires pour devenir incollable. Le Curriculum Vitae anonyme correspond à la même logique du piège implacable.

À côté de ces dispositifs qui se fondent sur la diabolisation de l'autre, la seule réelle innovation dans le débat sur la discrimination positive, vient de l'expérience de l'Institut d'Études Politiques de Paris avec sa passerelle pour un accueil spécifique réservé aux enfants des quartiers défavorisés.

Certes il y a eu la loi sur la parité entre les sexes sur les listes électorales. Mais peut-on dire qu'aujourd'hui les personnes concernées, les femmes sont prêtes à assumer cette parité ? Combien de femmes s'intéressent réellement à la politique. Un sondage laissait entendre qu'elle seraient 11%. Ce qui correspond exactement au taux de femmes à l'Assemblée nationale. Prédispositions naturelles ou formatage social ? La deuxième hypothèse est certainement la bonne. Dès lors, fallait-il imposer la parité au risque de rechercher une parité au forceps et de légitimer les craintes de ceux qui parleraient de la dévalorisation des mandats électoraux et de l'incompétence des personnes élues grâce à ce dispositif ? Fallait-il entreprendre avant toute chose même la parité , une campagne pédagogique volontariste pour amener de plus en plus de filles à s'intéresser à la politique ? Chacun peut se faire son opinion. Cependant, en attendant que l'éducation conduise l'homme, comme les hippocampes, à paterner le bébé que la mère a porté, les jeunes mamans seront encore pour un certain temps, handicapées dans leur évolution professionnelle, au bénéfice de la noble tâche de materner le bébé, tâche que l'homme lui enviera longtemps, sans espoir.

Certes il y a eu les dispositifs de parrainage pour les jeunes demandeurs d'emploi des quartiers défavorisés. Mais nous nous retrouvons dans cette diagonale de l'échec qui semble de toute éternité réservées à des jeunes dont le profil est généralement typé. Certes il y a eu des politiques territoriales de discrimination positive, comme les zones franches ou les zones d'éducation prioritaire. Vous avez bien dit zone !?

Dans cette constellation de dispositifs tous plus généreux les uns que les autres, seule l'expérience de Sciences Po réunit deux critères essentiels. Elle s'adresse à des jeunes au niveau intellectuel qui n'a pas besoin d'être soutenu. Elle permet une ascension sociale appréciable, ce qui nous sort d'un misérabilisme devenu de règle dans le traitement des problématiques des minorités. À la différence du parrainage, elle n'est pas confiée à des âmes charitables bénévoles, mais est prise en charge par l'institution à qui incombe la charge de s'occuper des problématiques sociales. La dimension symbolique ici est grandiose. D'abord, l'élitisme s'ouvre enfin aux damnés de la société. Ensuite pour la première fois, une institution passe à l'acte pour s'exorciser de ses propres comportements discriminants, cette maladie nationale qui mine les institutions, là où, nous l'avons dit, les individus n'ont plus rien n'exagérons rien et disons modestement plus grand chose à se reprocher. 

Que toutes les institutions, à l'exemple de Sciences Po, se donnent la tâche de trouver un mode d'ouverture et d'attractivité aux minorités discriminées. Puisque aujourd'hui, il serait difficile de trouver des musiciens et des danseurs classiques noirs, non parce que les Noirs n'aiment pas la musique classique ou non mais parce que la société inexorablement les cantonne à une musique tribale, il faudra que les institutions de ce secteur deviennent attractives pour les enfants Noirs. Puisqu'aujourd'hui, le cinéma, la télé et les médias cantonnent le Noir à des rôles spécifiques, que l'on face preuve de pédagogie pour que ces espaces découvrent la mine de créativité et de talents qui couvent au sein de ce groupe. Puisque aujourd'hui l'école croit accueillir « vingt cinq nationalités », formons les enseignants à savoir que tous ces enfants sont des Français et non des faciès aux nationalités indélébiles. Puisque cet étudiant se plaint à juste titre qu'à côté de Charlemagne, Louis XIV et bien d'autres, l'histoire des Noirs dans les programmes scolaires se réduit à quatre cents ans d'oppression, introduisons-y l'étude des empires africains, maghrébins et asiatiques.

La discrimination positive est une politique de rattrapage fondée sur la notion de groupe. Cette caractéristique la rend rébarbative auprès de l'opinion française nourrie à l'objectif que l'on croit réalité de l'égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d'origine de race ou de religion. La réalité c'est que la discrimination se fonde sur des groupes ayant des caractéristiques visibles et accessoires communes. En attendant le jour où tous les individus seront jugés, chacun pour ce qu'il fait et non pour ce qu'il est, la discrimination positive, avec sa prise en compte du groupe, est un mal nécessaire. La prise en compte du groupe est la seule solution aujourd'hui, et pour en finir avec le racisme, nous n'avons d'autre solution que de prendre la race en compte pour permettre l'émergence de l'individu.

Je souhaite que la visibilité des minorités visibles devienne positive, pour que cette exemplarité nouvelle après le misérabilisme des cités qui nous est servi en boucle dans les grand-messes cathodiques pour permettre aux jeunes de s'y identifier et de croire en leurs chances. Il est vrai que les services de l'État n'ont pas vocation à être des mosaïques de représentativité raciale. Je voudrais que la discrimination positive soit une vaste campagne pédagogique à l'école au niveau de l'État, des médias, de toutes les institutions qui en ont bien besoin, car seul le changement des mentalités permettra d'inverser le regard posé sur les minorités.

 

Notes

1 L'évolué c'est l'indigène au destin exceptionnel, qui est jugé apte par le maître à devenir son supplétif, son représentant au sein de ses frères ou de ses coreligionnaires.

2 Gwénaële Calvès, La discrimination positive, Puf, Que sais-je, Paris 2004, p. 68.

3 Pascal Bruckner, Le sanglot de l'homme blanc.

4 Gwénaële Calvès, op. Cit., p. 19

5 Ibid.

6 Amin Maalouf, Les identités meurtrières, Grasset, Le Livre de Poche, 2004, p. 141.

Répondre à cet article



|
# robots.txt # @url: http://sens-public.org # @generator: SPIP 2.1.26 [21262] # @template: squelettes-dist/robots.txt.html User-agent: * Disallow: /local/ Disallow: /ecrire/ Disallow: /extensions/ Disallow: /lib/ Disallow: /plugins/ Disallow: /prive/ Disallow: /squelettes-dist/ Disallow: /squelettes/ Sitemap: http://sens-public.org/sitemap.xml %PDF-1.4 %äüöß 2 0 obj <> stream xZKkWh=pΨ)>6$ ,@&匿%AH])W4kOeO}>O?|Rk>9?~{as6g9lv)?Ҝ7(-rY7XS?Yn=tyhϐu‥xZI?A,`ޠ dfkaMcS7H0Vu5 3:pŠz!׍w8kP@[9/ズGP٧.!9| hn)rq ur|޸2JʽG+|o_yknth;"ʱVEAo]ۂ\ւ#4*E9 *~MYB㒮,Ve,`|,w{p!+˅++H쐌`X:pI,T+GffH sA*7oO U ]c-@U;rq܁*܊ yCx8mF@@滾#$q憂s@`ޫ|8 L|ԂP%xquȢR 5!0u<8oL .&n dtNq$ bqX ,.-բ&ޛ)I`Dezhq8RO\aIpPϮ┿բW ՖjX f],7C(JfOfE f&L"ʗ;}*$jv?w1# .X;Y-y09]Xâ#SzI]>B=^~lek902v@v,f) _\ AdF@SnPKS+: ąד}lv6^ԫe"[ê&VjoԒscB?aC#f(ô,Nn sZ&OAo0r)|5wA"~mLn $klplVc9*qT0%Fv*Ѵ,sY9A:4ˆW2`a8F< N&&z 0Vbo QA24:+ 92 ZYwZyhPL?ƨԗZ#Al0_uũ qԩ&U9:ӹJ`AW^xTT* =|B6csg7RAP|J*"E-AU(E6:'UUZjzlS :d#yS-x݉Yo>(͖]ւ4VF$h |Zto7㲪'tI#ч:B5 K x,$ &EjB[6!ɲ8uMUʁ56ݹRse刾G3IM\8^7i; k07"I7OsLqrQ3{_C'b;~`:I8 L5kRw7^Hɺ-ˮ?=B$ v{~݄2@7: X)iw PakIY@];F)R:+j@A'b~d"3&^}ln?+mlS^ʼnP}əqk Es+s7Nҏ]E+$a ^|*К ~> qGoMN)-K Zb+?3腮_=LNFAPk endstream endobj 3 0 obj 2414 endobj 4 0 obj <> stream xOgGVJa0NCvAWA34 '<\$ L6 .xd`$@VV@@C O4L "0E.wSNsZt~nT B!B!B!B!B!$/ŧ??:O?~xs/[@m9ћҋƟn/]"l{_|Iɑ&vqN֯K0u I9ZL'gA/wjւ-BȘ~4jnh` sg)Z!Ug5W!MYE~ SjHuBqV> ў'g n]mz@r"0-+++ LAv NP3HUN!]a)z/.sb%d0MqAWR3oXor&S!5cVT 9JU|5>ۧӉ'4 9JuC !UT|@BΓTGD,Bv:>9XBT+BHQR%S !!0'Qn|tw-yOxCIJV[ol](53W+2g˵.!z '`.Iƭ;g[k@??PK wǐP{٦XQ6Bt:9w?޺PhjCĺx0fyНlgYCWFUx#zPa^x?^Aa <Qյ-IW"1TMPoȳq)՗_9͇A7,kF+ҽ ժIVj) RP?j,IB5&U]?9DB=@{}Բި}'}^J{OӮB/2!>M+5Pվ:lAR*UȰ3N0}JCt\9VT?ha5'XVh/JSF[E!OE{:i[&7uJ*̓ XGFXS*Ce:jU7` ыWrU[y J$)A49SC@|D+ieJS-_ɮ>/#hz^ILÇ/շ KwɈfTMkenpj+$r2gtpBX0ɯ:e*_&| TBWDN R sR=>4Tв~iZA6KAJM +(%ui? C[¸3pnpZ 9ӆ^wdTx廠 o[Vz1EIݦewhWʩAC 'wbu[!Jم|"iw?G?[XcQ)]6v]sE%VA(FR>Z9 TUlRB˖f7ڛ` O-%x0Ь7n/ UG@1Elg9檛jsVji PT4 X-aElM+R"Ňuܝ7ik:s 2QtL9QbؗWnb~Q c:&6KPc+rAtC||= y!!9N/TEhIzTX^97x` w%j1Js'}bpsJsor&U9IBoԉ캎MTҡrQcUHLu>Iy r)C*>װ !DpJvu~qsl:nx^B9UR(^K1l&hiZ38wC!IW+T9B^ęKGUAQڸSw*a4Aj%hxm| M?^s/^g*)];@7z\o J:4lfՆlɥ3 ̺r)Iyy!½*G8ZCM.JU."OdKN02~9 }0n|tÍV=x4˩BrYيRe{m0 ߓRmokԃRUD5SS&|Ko>mP{ >ߙ8_Ÿ^A ߄hH dAaTV :[gmR8=tKM˹"T%IA8 oN8VRcEJ`4nT(:$PplE2'}N`W9Q+])C2uc*z~"<*o4/{6Nq`и/>@'+URC2織-E9OFRm庴|2몚ѡR]8]G;[TNCꪹ}*UwQroVp *]9߲JuѱXu lWI%xO&'T^B8>pQ=$RU(':Lo$F!ޙ2rβgTeh+p15_ DϷcp7ҕC q~~s|͵kJ<%Gћo}}ԕ+WB/_ YU髜 P P~O}q 8hԄ7T<@߷h8=X36NMӹFuT&eS5Z)z㍏6\L=/6OM|zz&S͕}<#kKz(H)p%?ٮR +0lxqzhy$ ǫ+8B/_o}t+) jjLejdE ԾWtjxmTR ̈́/rxx;Tc*7G4䃥}87z6KR^꥗N0wC%Ra Mt=sԪvhD͛7~b>yȣWGF~)J$3<_B\pGH!7M*ioA.liSzB2̥_tI3]?p9rnPɟ4]aAx\VQ6r'+W󽿤gi[īJf[L+ZE! P? 5fe)ͪRsrrr4q*_ٮ^QU!չFhO+͕>T>#m-Ju6d[z bRo={G@nJʙĈƟzJ%/,s٪y$6h)?:gP4d*˚#fY9v2Iݮ%S*+l<_$RZⱫ+r)ܗ;jztíJ|JʔX5#^=*lLu[,4R&e:z0h*cSFV7єP'DR)joHE\7~w%Ԙ9Wz?Ka?-uH8SkM% z`SXJR)CJ4~aތ7ZFxM?y$٭Raxd' ޒ\*Y~p Lz]jH6zעFA&;T\X a^-Tx_!QE<`/>a Nsz4Q|xqtM } :8zaĿE/\J(IiQ*ɱNJIO k|J`dk?u<$ޤ4QvnY?a8ђRC(Db[lYE!1G+jkw~)CMxj1Bt+Mq)'k6٤DiB5V,UBOQ++U֬)h,thB.h?=Xz1BՕ7\0sNCUE~5J(&e%<@ 7JЦTkrRj[}yj23/a#ϴ^ S9gRt|4g~_ԛ}Jvj`z)U~2!!C#]W)*Y~ˆAX2k(vMC@9j Z&xw} gY\4hve L)=/ Iamo޺) [5KHRGjb5:TdxZ&J&߲zz?~>yVp ܚOlʐ'*`i-'c` (C3ӱKC?q7nK]6(ֈ@RM["?vq!ϤIċFš7Еөu6,Į't-X7|R(T**5.J5AwIYeTloJ 9ѝ gT)j4t0JYxoJ%TĽ>.tT.TrjRVeޔJfQv )UԵlTk~/-9|:P|ِRE3R-ؖRE٤R-C֩TD*fڕRuR-;9jRm+JAs~cRy AeIeRz*]S(U҆BP|%~Tr 5j*U(zBTRe:nWIm-Ju||͡7_$T*_Tzݕ7&DEK917ljT*_6TYCψS)UVTlH^KKea1l_\6Tʳ5g]!Ig P|qOy) S²x{a Tޔ*9| cJ{}:#:-J)@-d/IvT C&]`Q|T6Ke;H́*I (xFwj:T*j~V T*_*+fM|`P W*W &og3{&5nJ  F> stream x\Ɋ4SyRhI%4 |hůoh6_%bUC=-X/NSm5౧~䴉`UH^bompO_>̳ڎYq_q_~gK;cm9q{iS-~9h8K3|!uC2zm- 5u`EӯޛV6UJ|'>>"a=-#>ij56>p&MnM$5*i{f]ΐ֐CY:Dz53pc)7uϴ+yҴߦub·rn/]fܨQoȼ*P/'k^V8k -gV{'lbVxp'?EHᲰgxL׃жWN94F ;/? I]3vr dSHH@aޖ4猾ylHOț e`M  (jC82`3fH>-oʔShφU|e!oRhCwc=Fm'ku *:͞g{D0Dښ*eCAئe;G%(e^i!T#' l⯣~F;IE&(.M h46/lxvVw '2t (ao/ BZԧM93+-|dv8oTՎ՞kHuh;~3u!6K^:c6DdWBUQї{=%YN9Y?H4t1kq&߶41ﴴmGUN A}6 KiSooƎDw.Iu~F~d M' 7MP:76./؏NPh 1sӍgQm/[Mhڛ6KwrLƄ-?>(r-/J`?ŕJ)PV_UňS}8a;xN4g -VEJ1v艢H#3d=a7.{ဢ aÊ*Eɕ1M{X%j`|MQa1.TC,2đF_s  fwsEy Ep{@QwxvN(*zx"/h'Y}1!LL?Kf$zE㯎J&uMjŨ^1%9uc?G*?ou ķpp4dkv^@][fX^~'OAGEp:zvz4%*P;$Itb[y0;3EV,VFwAW -ucp!l{3UO#rdS7eIxɲmHe5{fkCIc6BF؈^"ޏG$.o%:#v-˲{X\%exY$Ek~ܭ)dNğ ~p>dx] nhwv -%vu"\DĸkFŶ3`5oE6kW ]lsfCHXOOh*2diȴQ[h0a8 Tֻ Ca"4; 9 "nfCC:v[Vӱ/KDo;Fb[Ƹc(c2|2h>L`JdK)JK»jt ^@.su_|ĵ–8peZrd5YRm-eyVa 5FXWǙ9y Cawx&6S4-PFѴL֓-U&߱Kt@36?VC\HiW$oP7EfgDwC'/e79k êt=zJNp"4D/gn@򾘗<=ggiLy݅7~?Xô.+];M|h@9怳+`JĉEQ, f̀eEA)j pV]3mz˄I)k4=41Ø稧ptPlZkD'32@P Ǧ[ЌP_iJaˈ pn{y%]6sN[GL~ *2Vyr[]k(M1*MMҨ,%7[LFZh_г~d?tzZ{B &J~7U+ @s4@[]~l.K(ZJMy!]o*O8u8@+;R > stream x\Kϧ¿c=,yma %d9|HzJ= trTOKs|?ϧ}sblEJ[Z7!rp/.~/.^rsy?z<>K{b=|| F"iz&oʱ.,.3|^m ;eVOe}.9m~R`v: qF9_6n 9ݵlm~3V|E XkUrk}~U* &HGH\z7  nd|AY%ѦH3$g v#8xl*,gqѮQ-m|K  -XZ u!"ȫA'Z]z@Gal ̚ˌr!|}iDɀ` y/X3ZkN}(AxW"^U$Q͍ ]YHwOGOVo NeAa2jW2VG55F0hSluT)4Kb P}bzj$ULU?ʞeiYB5R5YmGGz-469ZB_nsyZW} g30pBtyq 6}m~ P=?Qr-P5JQ2vK- j3,C@d$. (|}GnwVs74 M0̳C@惡kwx qw]ஊ6~A mJ%Jj/M?l-f+|r[2*uyVn3ygc];x1,bҔ&Qp] fpCbva".AR[g8m ]?I sd*bSgDf- ؾa)x}~vbF@Mp*p 6u*M3*<8-$, sX (vj,(!!,VEЂ-BO5~'$ ǧ".#׺|bGU !&#0Neg+VC=\~~owPXw ^v!St RԻR;?-=k9( 1Şu=F: z܂F-Uiq(4:Vp)C$h&edMRz +ZIDkMQU`c[fv#?| p<ׅfz D%,ôb"gzAU[N,ڜΥH?%B`#o':6kA"F] _Nm\ൽl9 Yc{HMDzs4d6焄L٪u І-6;(s0dɓ/0Y$UHQRIs[Ua/$as*bZ`-a8=N$\gp<|!x5ƕgY0OmyPYZ+J-Njf ߃\Gʌ1)M]a.IY$Qu\U!uɥ>?6H}cf]53LsHܭٿ;T2_ohN"{ VCfu>y!c q Gwu: wxDmt 9?\VzЕ^b+;ӭfz9~|:g uvR5|vb~r@ D]߅bO!t]5ѻcvڠԷpAh6ў\}] 8)4~BieZZÚbv)%jm0єª; s0Qs4>:? G(Vzz95DZ6H $H[!*_tHaVq Hc*2][nUY /&2"L5x&YC=jRiZΗVl-ш&) OY{2\aH2 ̺ 1C8b8$qD3ElM)sJGS'qwl,>@o/pG'(c-jKb>p>CZkq7R {UU])֚;3_+ _>A8ݔe {Ë%ίeݲ?Wҿק9> endstream endobj 11 0 obj 5087 endobj 13 0 obj <> stream x\K, ޟ_ \tO/p Kvy@ M~,?]U!3S,}%Y.uӗE~7w\~O\U\Ͽ\.?vWz_?^:vWf3]͇[?t3/*ͽ[ܙ}>kmՒu[pv2>ujwղKo]j]}]c]mk]{7&ugeM=0m4;ͨ6vs`li =]mL<èuI^LL|EJ] 6aLe iQE 8ksN!&\¼zI NUƙͤ]"s0yF@Uv/2Bpؙb5R.Fa2I:]1;L,FAfytVr t#VN4E L<yX>Cs%WK'u"}b H8n\fgؕ\3G(gYFzo5ar<>u.Cʻ[.cG ݄ ڼ}bX>uRGI J]] rr4P\LS}}pD|\ZWALf֐Z>bm:Y*oo2$ն$SCr# 3zDh`J%;ɩIn5cC̵٥DYI-D_X :d.'ͅe/`(TzBSp?JQ])l_S|p],3Ac 3y 0MbSG6iϮü t5H 2t<]9ޠ5c8YyRTCTi{U3<ŷt=o8A8Dg4?f+^C@r۝}0P7u}&'~|!&g/]ِ}c"SӔF$z*q=OYgPnkRf]-Ue>1P^SړKB$cp80|ꞓxLiB@&KSe^a$@(Is&> W/MzUH, ϸ]sQ[q1+5٤y.l*ܺ>=S+\ЎbYT=0贺쑽t StA4dDЄg=5'f2/bs*ŀ3H`hSv4ɼ**GWQh cQC.JKn[#ΰԵBj ֖Y%2+-;7r_7njl ; @s)%ypǕQ]|6EWm÷Xۛk .9O4LqVqfȦ=KSy4Ϥ8 )O[X%ݱ 8ӃHjc(wjxP'x5/&X?( >mKe L܁nN7pD|%P*f%;bC%'3A*i1x8oӌ: c4 1؉jGI_ w`8e/e'sda{wDlpmoyZB7" 6K+~b֣,`@ZǏj1ĂB ˮ`i[mJ98qKp0J4 r M}ƀo !n?OJ+ey{W]0⭡YF[>)ȑSʠVc.4gu@)QZgI,{1I$V3#NF^u>3Uuuz5229x-Yy Yp Wkh%kg}iʻD:S_~^VPCI3sy(Z=Fߏa9vcy_xK>R^JKaV'ʃ,`ǭ}vW?s(aao@4iy1z_8Q Z$oCr@$}ܩOhD$Vd_F98+j6UT drU /ġi+Z-<Ў`M`jFt&c~ǔHMi/t5,܈J(ovٻ46ޞ;/,5ؼJf^e Dx.p6\ dxX3OLjtRh,ol6ѯ xǟ c;èUfXm4&Y sgb $ƒ3~pe$[3K!)$yb3/tHH\r]v44>òR;(`G9 YΑj8˚QWvcЏ88QGV-N1]R~<d9@At!qD Ï=%`nƣNYBZҶʇp%!ˋ0Q`CS^jI[tF^(NF~hq٬I=g٦⃉|u+ nۿy O焴hY hדN83\2+; VE]li䧆? fVCWQ*)anT X~>? &h:A2zOr&0v!GoQHx렯m[@DSdq7R\c  7m}{9IV۾+f.(= #*;_UTkM2 ~NxIz]cTH cgՙӋ#''ybf&cMCmVKPjD Х57P~cׁâ`z#QƂI񨣼vstponX(t.ӍA͉{mU?mutƉ#iFv?LdMu y'%:SYDykyκ#LXES&GntXϯϼ:N*=U Z>jZdݾ @mMo |1XI,za~VO]'d\NuBD@Mnj?h򥆕(tY|[$ˡK6-Aquȵ-M0~:-_D g'&]^&tGAQ }</9Nx e]o_k endstream endobj 14 0 obj 5013 endobj 16 0 obj <> stream x\I$@Sk*փo > y`s߷ֈ/$e{=CCu,{HC%s{[tO}~緗߬[ݾsSoOڿo?ox'/]/O]xZ봧#K8{p0zei6dlJ_+rGղ'uWO6~߷'e6O{qy例Sy>i[e Ҭ3[J( L&F2s˨"gӬ()d0A5&e *%D6ZǽW\~,Kg@۲4B< m- zMf0E]Xd#^]Ki~?lcXA"48jiLR#QnPFxBsas{QW)VCR!"R,R:cU ='!EȨlՠڶNzمxx Mޯj*W^j$ۼRȏ%5ХI"i13\:;^c,mVp@-$K-9u禜wz6k7r' oLOLeecf '",>x9qx N}otuEݽCb3~pJ<  S|>ɭR[)`ɴ`9hB7V`1P:j2" MϣhH<9z,܇ ؙyg vc}Z?qrRGVa"7Y' VAI3fp\g;P'P^9a+EáJRS؞Ռl52 Mzƿ/IIŹ%EGBJįQc؝Y cOՋpq9+fEhȃSdXBxem芚":0\999уHBcܮKޔ :#f3Y@U}٪z&|81>==~!5ehwf PH XQD}[6MwTmVtUL2 !F;z偌.2*AX-`ԥMR1 liOvWeNG!&JUlSuo}vcB mqG5e }{g~W#ryh1R"PJ0fׁ`9$e^vMIݧnboz)䙑I5KwFQFqManM`)ftgu)ƫn{tQqjU-j]BnYh)yA1/njz0B -RLP ܡ6&n!Ug ]vۜla6s.VR(l>ByWڃpW >PgkDPSF/\Eļ4#H0J o(Qo"dK}nZ8:: t:::,эQZy7Yxt2ĩ6g\i_Ȝy96`*,;0Ig.82_Ń07C?qc&i"ivX 3ֹPpඪOq өiLAOK_P(Mo׭ rZuK wC}^ $fKNTjzĴzfSVtj~nO]{B*\8e̤QZ-xhJW$?PB%@ˀfwe ]8¼5Z sf݇BQ\QXB ]] څt@ń`BN Nՠo<@+4O{JLC#N,m8Ge-\HpGn!2."&b|i& lX\]IW#(7=I#6ӓ4igڡ(4Ƙ|VD)9;٥0i/f5{}}Vmw7tfs-?ݐ%;Wc XuMLk98rRb2@ɤ5S_umO [uu+A1ׂW,ݪh_/r૷u![U-}k*7QRq}'JBX;~kcu2M-WA-  }&#E ]hwf2cy.3qCN3Ώ_ꋁz{>l''SiY?7@ЍFkN20yaʯ]nȳ  fa£OIC2tW^;T0Ɖ>Yq8 >_-[Q7䞍"!,oȔyGhʟv3hu⾬g=+QN,H|- /yftq) lZdC*Fx<1Ql> CIrBcyxXO"s5ԃ3Gp:D _h?  }ݟrYL,/rílې48UCb~۟/0,KPΧ/v}Hߧ u渃lKWh .,ҧngؚ˩RyӲJR+ۡj œ T\x Z̊cAoh-eneiH(e~ XrN$z-RM}rۏƺ3u[]f[Prg.tMC[Tm髮do4z}F{Ncɋ[9D.衍2k?!h#O7jEةbgӃ"9Z)(WSڐ#6]->3ղ5C$syjQ78VTJuk~Aƴ1w>grykć:ݣ: /Xgf(^poG.U'/4%'fEꜘX Ͷc r*Qi2/m/~z-(AGxG?ҭͿH endstream endobj 17 0 obj 4753 endobj 19 0 obj <> stream x]ˊ-;ㆽ+ Ԭ@.=몂.d;"2ih.Ɍ۲,$.s_-u_믷?raonfb_[U!5eO,Ɨ?#<=0y[ػă<~=mf=-[ƣґ]SC<14/&<}[|ϻk_?Km>|JПԧ.em|̣˸HZX1䉊i?]}Te:7y|nyH$̵&qr/}0avշKyƷ}R ͹|[XVv_GiLy9~Z2YR+XMeC}A= #AL_+i^ i:Մ U@GLsfTY=QdJ Z⸏m.݊ћ7C4^'xR0j،)+ͥq RZ[fOZ~wܶ᪕?r/Ĺ|jv5*]E68NWv<4w@AL(hd5t-!$K!^ݒ[aM69m5!ge\954kpAamU\-kb cɍp-"qYF2Fi%KQi/իV% =W1OA/w{ 8AӷnJ gCwi?o.n36*$Y;Rb01bQHX1tM^+EI&!yk3f@fKo,; \jLFBAJ3|o-r~ BSp1Q5s`ЍIbrz\lXanԏ)ptzX@d?3_EčʂESDW"n?(.>EOhzaND`d^ϊs][}Pɖ/n ƿ9X[ <pƄEhn~ѹL(EvN;ҏhQZs`ڵQZނ3+lE2\Bc,D̴D][V,h1/3aImXanm`;hrwz7֠13_.aQ߿j pQFKSGfL'X'נ(KJW "cae jɥD5^0P2 LYj-kθaxcD5'cE\]R>-(Q4[ [Ą[iD*7C$e;3n̢o&: xYfb WY‹9)hbL L8=mk(l2!ꕓ.5T^Űܙ2,(oWzt ~~g)yA5+E A9s7w\~8:P^c(q%0i#;9[R u}&B+ _Wi9+-HJM.]lnj51sBA?i0Fy†qAw9L; Üw)W{ꚻXS7wձJbet7ԈLp\eN36XXoުb e`03̨5c)}UgG8#a轰q\Ye{h{ u]HdH(^[/xZȾ̋=uJb#/"vvwEىŨ3{^ebw!nwcf0&ZNc!uҔ$l \VΪ@2f~41Wt!ҹO BeL{ -d =ػ(]W⸅!@Z3Y6Ac4 k_=3*=A&|[Sു'V@ە @"PjaC8lJtI]I5b t<@-&5"kg,ow.]IIYKp3whiPp"&_u?hwDճN9KF U4vk!Tel]F]=C>}KxĶݢ?mm@@:j3YG#[3"1ft,}zdwW1EtDZ,;B:V.Q"1#XC<=w:Ē D>X;(HFbmf *οz;@C:ÇZ:׳5 oR.늿}4XPIUl&)u"R9-ڐQGbgi>\ +@p yKJ;:4] S7H֕[1o e?<+5,wF} {BnA1K.$+sG6}H٥)4*~3Nקbmn "Rn^9U$y ]H2ݭZсc 2.h}9r. s?'k6: A0 գ5NWР #\$۪4o[jUrD CwkfUR-lF՜߷s|%oebj[l9E>>Eb4*nдe:O7"ǖ!?~!8DЭ M>җȉbvכz2?vpe$9hcb4]0[Rj!{7k&8s0n 03E@.QM=h,|yc)T=8v}Gx!\">P?uC~J!!''&;F8tC=aԅR Eu:LzIgw&k;BMw]Ns1-j ʞH0ը`τcUnA5J]eVЮaqFyJhET+FT3gRWF\irt!x&Nnw@:EQU61SU^9=Nx 8Y$zfޘl^' ѮKC"b*pBYmhf1ۡ`5t :\lO.&i3=b~@4 5uj4M G}*\+snhb e~KS`dSfߪ1Gճ\zҗ#nN؄ endstream endobj 20 0 obj 5237 endobj 22 0 obj <> stream x\K:ׯuɱdI@V>k(ev=30gY4έoiyvO%9GL/K|_9i۲}A>|M<{]̥--*!sC<^\zŅͯ/G~=nq|vi-ÇLD_Vj{cՕ:zYsܣǭgYh/V?Oa(2Fݷ[O/Jֵ,m_ֽ LoKou8y}|BY[/5HT0g[h#{'7sl+ ֑T|Ae-3jnp:z™PfI8Bq20?gROjNQ:aϲ[62V'盘\ZjM,YyUDq}ӖvEj]$]ZeW`iTUJ; U8Gd)%I`3B:w 0hmbKِ7`6g| :uWghrw$VX}8v4A"BJC3p_61vGԐma2>%xi݋5m4 i(hجf ~} h{ܢg$7﨎~ #S y;%b%?~ҖR̉|(c&K{ȧUA8Ab\5Lm"ۮDccʐbn}n|^foX0K:QI=ƪ dU1ғ1s7OehU|pή 0 9;<ߺ\yv_3SD'w^/\i +t.x4 8,8Ş GAVjO*u(|ߗ_-R?Kޕv%zknQj_ǣ/YLyIIM0[ahxg]vi@HJ,Z[:ǣW$F~:M9~vf@B4n{v\thFM)doljG'kC@w:mk z;km,SSSdWo$C፟H~Vë&zP +f=qD9ǖ{} "?;ra"z\ΫP&̌[ˈ\ sh]AsmK3ШQEIREJk>Ld2٫ofh޳k*9v\yL77'}U!}Qp av_T]W&4񮸧z2 _ac F |G;οGŹIms'*7C1dyd{(\̼98 u_U!ONJ4 m850Bed#^4WN&G_(l볐ap%) !C VʒV{qʄDR&(OjxxH;'lfc)do0ʯWOb/÷ǣ 96Gه7m觾>Jw)qr0z4UAԐ 7{ (٧Sjʭ]Q;r h:omd(DIos@H,rŤW4_0Uy_S*|\OҞbezH+DL4Fiś``Ϲf1c0.ƛRɇ>U51|3R*ɑW=\-GxѱfËh :GpX,elcd\2&qϑivL79-6%k'H֎.΢)U ^T H;ho^g@s<6r \;R 8Z4keĞ,F_Gү-ήsS}YKQٝ9 a3T>)/8)wAyw12ߜZرynMm/Z^U$5/e-.`F{xJ8Q44C6ê"E|t8W@g$00@^8"+}Q& 2]+df,Qp NAj1w4971$ʛfl]u&sN緋=^.UV=wQ;e5m/YU]KvK|oEƣ zGɷ;"_q+א<:ǜltT;Sy4RHسt藷@npCC*X/}sSu9dVOn҃[8c48Qd$㋷'OҜQB*~r`0 V՘o+ɹiwB3R I:f/x2;ډQGmNI  ) 6K$ !`!LHLvSpF0")믲\mixa@Z$]ACӧW}` :5rtb̯1_Tv, lq G^#xHktiIeՉtsiny cCejY/t@ &ڍ"\ Nv0z+fw/Iz4\Ϧ]*^Jjw" -ϗ_cOzCpm->0ʃۂ2g+U-h-j左oK= 4|gM+ 7=ɢ~u}˕:FxOX*̽U2~gN( + PRn`r4::v?mpC%Q[ `mC[hNqEW4W{=;:2Ћ/ 6: endstream endobj 23 0 obj 4931 endobj 25 0 obj <> stream x\Kk-_uN뭆^d7p!!d2$KRw g|(Jۋyߏ>m忰}OxÇbR/Ͽ?=o=bK,~mn!6{r3-ͽ|0sޟ5dn¥D: f̖fݗuq?;l}oG[x1- !_Ѷf50q8+&:gY'46(O:,΀=.JKo *Bۥ_a(46?|'J@2xxUw*=m ov/K6\ \.*"7-(3rTI}h.V^6Ym}xb&Vc重;ދ6{#3$\ h^{k5?$߂fM *o+s}rcmnL9Ir_Lo;qijuBȂ^Ib!@UDR~b["o^Cm Xci(6.b8R#]%!QLA?uP:Mܨ \7JaolHm@C3 n^ =B&aq~n縫28z?b;"`ҳQQ ʄcVӣvDߝ^mORJb_9:4}⶛hpj~MDshiv8NX4cv {-js;Iv%?Is4NwN1-9Uϳ|] dmnvpؾqB45ԋ.m ڐّ %K1irI|'M77G o2M.l4#/ V@>+ mLbɀ/6P1`< 78dmX"A0ZH84LYB9s;sĠ.FWC€k!FN⎥C}[0~NBz.>]~s4S ?n}"ʾ3(/JQ9k=#Fx+0WtTA##j;w.~1&3+ :kq*D]`6sP Ah]8BcYt6BDJ=^8z|ˠg#<ERF}cW8'L|\2}Yv{sAteˣapc ,E+(wjylL$(dDT`ZYgA|_ k >Gyi% SShKa]1xك&YF*0\SH/axf,`gK{"^Rs4C1el] s֘‘ pg tm/ӽ=jn_c֪A9)<Iψ ]HhR 5Bs12L9fwݳN6OL,f:OMv-I9 ڕd<w 6նpr¤=,;'Ck:ՔTir$k/9Eum'eF{\V\K͏Y.q"j*a1Hz|-ZXU{߹ZF/vDq3\'A9M6/cOn׳? a1s~`9C8YBj tΈ҉LDi9\ԛKqƨ>HHJV&DU J(+%'3dp 3fZ! ]e9=BvRøn` t&@DgY*(`]b*)n`ՇgDp+ |h`y[Gą׬FWz=ߗ"^ GluܸBOP?JJ@#kn n!8K[1{Pѐ  E fT:Kb]Җh D)[*838!0!F/8Mf!B8![Ռ1VIc oFQ~oz&,0MEbKQf / >̺ڵ~y{PDkK,rYa; <0@Ua$7q-S`'(U7ns=:puB R7f/V#F"dN*Bߊj1F]!dy&|yd+.&͗<9u4 o+* 6`l6 C &@* #Be%mHzDe 1hg} ?X/yr3HaQRKxA$Is?AaٗfY3_?rD`4_lL2OƦ; !>\1x\Oֲ›.^)؉Ţr\X\7\k|؆|TLZm%;R IHtoLSNB9BEt܉#GxwOn+%NܶȅNepxgҲ앬[Tq5ݎ-pmn`&.ԒfxSHr /KG32k ұ+vl(lI.- )x%_~H_n`O/=D|C:A y6=`&kVփ}C?@[\ЋuƥlӖ٥cDUEWBK?5#45qa෪1UAO~ïTrױ;&0s-6*rGw,|3簃=29>ebת70uwoMvͭ֝x07 մ,0Ɯ%Z;L> stream x\n$rWhmLP%-{@^\x€ƿoNqdVJ]42913W?e^K?Wx/^?ymn_c}7G-<)>k:(s=nχ-Ԅ'sm\dChGs7nf}/_[~7Gzwk>Liy|YG ˬh2iǭΙWYm6O:,@= ](ğ03w2*Bۥ? з7ʰyԴI}ZEVWcT7xS^Q݁d21oﭮNyݞ<4AmQG3n4amF};My*Um,1mֶqp-O)k^@bVq`R_}*7ƌ_QQ[WTsKr&0~?^1[fʐa6 [G >dg֙" w–aJxqR&.g = S-/bIOG a YK:(*R [Ɉ9ͯD` L苇%m#YtUҀ/˿XX:p -ʹvr0 ke$63Y"8_h0=&oi $(: q=;dMn-sU~iá4|* 'm]&':Nm) %8g]s/gjrЪanE L.L|B94L7Z/~v ‹2}iEØgͤ.Z:nArC n8jنfC0#RfԆvVP eӅhx(m9uGB8xYBؚO0x$ n RGe |vRSʩN;h\lb'ģc$D|V'O4$WίF%lEkʎb//{1A{ƧTok_' INE ~1`d!'!5<шHuD<̷MZ sո]c.g|.iZ.E/#58v:lqat~B6n+lKP%` 5޺U[oHMAUMQCmQ<VBx8TN/ $@^QTJr8o8cQV: 7YP"ytZ~dk_ q,c9qb _WU'YS0Ys+nt[NȓD,gv_>k!Εڇp<s'Mxjy%)aB( 4YgBsq t? ȋ$ k(ETi?סcA\ crS# yLB[)~w3)]@극g]Kk;gث< Pc G|w9-0=kwCh9D{. f11K1zDV;8pوyyY7 k"m[q: ;=wDlG¥=yk}GxL_nPC B hb8N"dVb?btFmY)e!sbNϯ{ڐH =@2ȣ3wjThT5fӃH zNjO`Ky:C aݛqL_(MfcY8e"NZ•QCUZΓKտr졗AJtŬNNΟlfx u^|ʕRKsRfDԼYFxU8J5/ 4 L^ jTpbᾂ2g(Gy2S A_0rD%ft#G|P@~_%GГ-vfd]Aw;tvB''ᎎtQ겘VZǒ.cX[_\BS#OxIH]%J_v_ibp)L+%toƭ!lpKe??35j{]M0# fm-!L(QA~Ti%݆;y$er@>؁t@ͫ{SM9kYh2"8H@ H뤌Dsm.igfZᄩ F"OktxslsHA^5\&{h |P~;~(_3nl?%g6\Zm4ǗMtٔ?v c ,[qZSkw޻=RZV=_'w}R\@FΈ20s=0V1g5xjǯ}V~I$ubv|Jrt#g{x[Vc%'emY27 piAW)!4|zT"4^!Q endstream endobj 29 0 obj 4980 endobj 31 0 obj <> stream x\Kk%=ׯzzR`. fѻih3DHYnەzNC^}ߗ-ۏտ$o_/o/Ϸo~%Fzt/f{?oy뷟I>>6۶?Xr严NF?Xߟil3b^#njGv LoliLxx3m_n?x>8Zi {ާ.em(t,2qcGM|>y埥 Q#eLPxmSVv7vbˤn}B{`#_YxhW&}ToRYkn2JÍ/͛Ls˽P7i6x y}ke{ғ ꎙ}兜R45iB) r>7V4n,84-S̛yn}* qڟ& &CH]wb*[S'M(9 f?%Lr>B>J*Z˒xBn!5&]f&Sb|քOu鲹ͬׄumgToO*D|%t=;c 7v!Znah-GQ2N$<EEx=? 4I3ňIc;ڪ{R{9-i$@p4pMDacX0z D/MzEQ%"xlr [VܡX=I$Md,g'Pæy~5pjop4Y!k4ʓ@3 m] _P:&/"bӿ ZTi=t & <%laJr#0᱙ܠUe&'Jd(T$%q aQR7O"Ya3\r..]j&%!Dƣ,2tEgީ)4j.qHW p kla~}zgXڻ'8iUi֕J`&v.)wawÔΛ @ ڄf j-.\#ǝm-XtARJUS̱Ɓwq7z'F9BԐS?b+*a:p\u5{!XK]h@ʗҐ歑 zg4e ԧETʾ񗒏 KMtLYVGy!2b4r$i0P8mO/P^qmMqa$Sx([pEb C[㛯 bu56oJwƐaSb0c`?4k+ 4~O[uL'yOTaIp4d nA'Ү&-Ryfb:&D'v ih,a*z*LFnI ORr R'GGlSbN=#Er;9A8MDAY洍~%W- RDmGc ^&[yɺV(c PQBr*忷t&ޝj4{<ΘU"Ϭ۶ryK θb8&GDfrܶe-zUtk  *~-gϧJ\#~G"f+q쵑8L)|;jXhF`Jƃ`T`J[va LJ޶h9=+>5cul`hwFDuD5ąuOR[3 yAB)+ǒ&.\ӫ?XAޣ-DÕ-{0KZ4gϙS{JXBFanKW!OUY 䄯;@fo#YyæI06iD' 7m*x $ cB5Tv?d(sM)‹\tŊ$-/$VBe|Փ* ?Y{C ]CqB q6}'2W_̋uHotGFLv2F}AݰѼU N[״yW.@f}IٷENAw!dD6XbGkF6W(Q5A) 9ƻKB7l X5bT_&L [ P8iBIեBd:t?%=0X6~ 4]­%/l!LH}Md-]uZ}SU@v=h5Ȃ!nd.wNAjDlMaVyoddS~vJi|]ʸ$fN O`M1̮X_tNmsmǟ: |ѪT5FP4%KED!VDٙc^v\ TT|:)9#>jC|\.>Snj_堌ʄ!?CNUXoZwX44n_;_y};0Gǃ2fEk0V P,f--iK:,%aDyLǁd6s*Ogµ9aP{Y5vST,k8N躁; H{)2h[183щ)s[zT'ޜܖRtG[Ԡ3ߤTݺ=4T ;pia'{S!\cD ;$pRO+e k* 8%8rȗt ]֪<%}Mۃ1@Ň^ag[chsd%(6|3OvcϴQfziA2]rqZpwBD4%@!a_٧ 7(v)rPA~OsE& lk8Etc0oȺqUY ]'Kn^-tU cY::ƓTs z 2#d+j0O9Or׈t8y3VϔpC{s"@ `S-a3|\D8&+@Mu&k<8BR?mj<waz> 6R炤ƣ|i$5%;?/JZ־LmKwQaƂZFyi/mXD`wmFz6ʷsɍSoԚcW:mᇯgXsEU#QLPgѡT "zw<Pgd&@5NxfWG }7pi>#uJLIcI Su}@%`]3Hv(7͕b&ε~f?0 a\5R?sgdjǐCQㄏvy đ54f-·QE5tʕQ`8s6!E.<Չ)3]') )'fP*{QE[X8#H"ެ1$d˙G8ɐdjnA1?> s@".gg@ސq+jE&ݱ=%D>kQ?'C "$ޘ2!ʠM8fz4'O35AS=.#$g*8&nD2 vݱ%I8nҰݤy0r"*=N (d _[z kE {vwQh6,tJemȞoLTCy}3+{DMh݅!}B\ŁO< wEI[I*L܄N7:6Xʾ-?Tg钘B0G&+Yi0\d]HMyOEǂ Uu/mZ\#%:1=fkF:Ve΍(`F3PH]f1\ƶK7@PĞoX0NJrn dq:'o|D2d`qYD1(Ӆٓg$_8PgN&-5,(wNj{BmB =.(0RejDa8FUa=و&Ut=)}gԡ Ϝ/'.[%i.0=q: 󤡒`푦˛Fڂ/H^ZJfv 6ƺ>/v/ ޠn粻$и,e<NiLDRC NU@ 5vK% _鷳*{,H{Εȋl3UDD&0O89maB]^C l6ӡӃ*hc*4C7h}^b 4{\N|~u%u>Nee.$%klzI.tqBJ1!mFD5`RGBwLK_@B#ia2\3poaU7|ojp˻]].nWnnT.6Gwkکr}Ro{-(tGcyn\-@Zg\̿/[~dnd qGźl_4ee?{j7n̾u-V1_h} ;309d?i7k|Q͸BY[bZ i׽Xi (/kjV%c.՛_-~d] endstream endobj 32 0 obj 5144 endobj 34 0 obj <> stream x\j$KWhݐ!"~?G\gO Ony=~ǯ=Uߞᷗ?ǚ^Xe}2)mә%}`{q?>|Yz2wXL}[wՁ;^[{q#7^-֏X>x?/h{cՕ]<;1V;,c/6^Ou1QVۭe}ԪtZ)e:ion'7LY^>ߖ(h.;J漏rO8f,gSչ}AaY~+Ͷ4s%=9!f;mݽGZRihD XFt-mt-)iF2!N}4MG?!Xh0}w3ϹWofǵ'5Nt?9m<l<;RFn`8}4 7m!cgqt>\f 6Vy<]%J&sjhbA-SMl(unː08Xnhg;;%֏d2H;|n )֓pϛ) ]bAȘ*HM#eHv{[~>\J7mHmĀdgk1c^D(Q_2s{󀎡Br6ߠ9H:)A K8o}gTrJQQo|wU+ ȔSY\Am_ SPb1 d$ Syw`~}eEi"DtI*vo8^iCB YؐY1hQʽ90 ήNY1F-TrW(pJN5ж*OIi Ĕ1Rxp,43 !-;Ss,f4 ?6iw7m~F7F'CJO!ivx[]ȍG \p=~ynD͍֞$_U'+ASr"#3Kr6e[ދ1h!PG֝)7p)mb'3. }_VG ܰ٘rS Z\]19cj&XBZK$G98GXCxXrc$y`u2܊N5M@lct^\Cȅʋt:]EkM ڒ!U;%d(k(Ğ`$bTs2e~@B3^`$ugVB QvJGgoQGI.:0ҳ3g܊T, O+'内f5#2T[AH0A,R0$uE+,͸6_F&"# ~) 44-]N9e*v џyhXɗ8`4@H,CUoBݺ@Wi1G!y Qn7Q"@h^` >Ywz⑴f9;q? jOI.gP`dCpɀ>Tb;ݵT&KPX ڍnP_2^o],Ϳ #= jwT+j40.Y kE{ UAl6YfFeeR>] ͶX`t+$J(?`^ud#aHtď+Ҁ3γ1Rjn-)Ӕ,B$$qAl䏨,ۦ6;k[E_yK%b)?JfmNn:Kգ ffFFmU,]Щ O SO~}\3OF;>ss_sgÕJ=r0"iY>O|H: k2~`Ȍ1%QC<1APiG e &yUVmmaBgN#)Z+!p)$u-5e_3R y؇-}75InV e a; KLR/ mhKaZ$NUfSw:U`p7-lUW0\փ4EbejxWJju7 G'+)2*Fw1Lw۷3[V:s8E*6PU.&KW 6NtJȄSQ`D&{[,;nk@حXi8Q=s)d%ϐQe;&.AY}luAĆj6H52OsuYf(*Ks2MSUnPNjw^6(.6\~ܮͺ:ldʕ+S\r0=&Pq*t? GFd:a$m~.ȅDUm6u)&pg+,+BhK鶸$Yd]Aq.HD`K1бV;E|VjZI ;}n4gTp!2몯 axgJsu;Qn>Zk$^MAh/SF+w,cE3]3 c u'C9B^$Y'aAck(y$m `(+Nt /x_ 0b#yEIR߆MC)UdAt%?| N_M~ G!:ΐm8y4p-Ÿ'Dn ñW|w_+?ުl! A].$X8%T6EVN6/srg\e0IkjDu=q7|Q5E>0.8`H /rYU>T6S[5 @KwSMBw;?4VMQ\JɰV`7y5ܳA\86^KY|@J"r|t7Nürdz08|+Cd3x>nVӘ2RKOWGh)4&>HNU:*\<㼽F̥h._(7B| Fq8 # Hr'ȫg(}Pf(ÞhL,$o!>g+fqxdCI ~ܣQ! ׅ* T$&SM`n~pc]':n왶; [;U[]R\P,TXGa0y'wddܫ$ Ŗob9O2 ׃˻b_?<7ɭTwkRT=e\/?9V_w DuZ'ߖZ7bfg~o9p;S?\T c}WQL%lr fcm?kx5~+|^!|, W_K,/dc}ZK] 8ζuN(L}QKN endstream endobj 35 0 obj 4886 endobj 37 0 obj <> stream xZK$ ޟ_@wlrASы.b."ߏeɲlI>ɒ\f/yŤ˶%z˟px{~z˺vOw?߾~Wn!-q7/nY_4Ôj y=kz,'Y`np,i5{[km}ow+J/~M~ue~b!&e $L|E..qZ|3 جyB2¡@)Ӽ?PԺݒ!&me=-dHuV$k65i#ϼ%ӾԤ4%iW`5uq.fm#*P'W/#$TܭYC/lIEj%ӏ,Y5OLt}y)Th'h[X`ٱҲVz1Ve@d@f4˝^%jvh(ub# 颪es#9Ic }4zoE.;#CD$WB(cyYL#cV5iaα]{=c1JO+rL 9؏Z;Wxt~~)qRI&wH>Xm˽#ƚUePt8)յ m T6R%oM4˧YpSZD3mEm"k,2׽‬WPLˆ+/-蒈PeQkچh[PJ\OPoq9En<_tiH+&ê3;yEu ;nC /'R~Qk"/^oxlz%aL#w3&`9ƈNaɚtj!>[{v}ZIJ̏bVڸ]%ΩʹFAaZi:[SSjNX Y?Ɵ )U\vi?/^oWFs|S-xHx{~{tgݚ1k+ʢD'&XDW6u~X3Hh!`M<~]_}k_~"ȀHړ?3d2H<5x [xP.4ْ$csXЧ?]+Cc #.@]b/;vsZLI {Evp_/ endstream endobj 38 0 obj 2448 endobj 62 0 obj <> stream xX{tUnݪWNRN't鼈(C 4jPbzI0 êqf\P`x3EmG3GzfO;33/?u{nuvt[%&@ƵݝBc$9)؆v|@ 6lYҎp֖uş}eH }Jk}:P Vy1ln_2<"."Z6LDiikFR^p H؛1$H"I8e%4**]r Q8{4 8|':8B4Y%셝*3 vN ^vO&ӉCv¿C.j BFZe>F: O<VA8|Iͅ`xCӽ ,Cc p/\wBI8q( XvB#uʲ&ɬ>N`^ʋ5 '˶Z@)[DDIy}]O@gɎQ@{R2FS&JpaDĻywa*S__P6DlҕL l.V-5jͪhp_m櫫I?\1VR*–)fqQmTG Qh*\E2 ӌhK4K5RQ`YhS5E'+0]@~eLjjRi lLʕbm&&8?e[P>Np[|6 aQn:gyje4qgc6{34#L(2aeQgR#Rx,k'*nKO_?+ZYǦl*g n7mƟ8RE!ZS,c.p5DKfOLM#C+WrZ_ꩅ:R[i d  ș&2dDЍp'ץ2 QCx@5>kt?`0ܘ*5AU|b*Z-f\C+V?/wmՇy6^MͲ |ٻŒuνKlk>tց޿<|柞[tFr>~oؾwLZW.5dUr?g{riWAaǮ-" 3y90$6!@ ֘Y'iңEDh !_؀mn_3Xd[c+x` Qcxcupc1 8g5K' AװFͣQ(QH(ʄ*Nh\B=azܜy)J& !at<:GM)Rʔ*NiR\J;KNqY{ʙrrSyr<)L ynh $[1s1~?',ܖg?ee~kd[Rj[_:GUD+PyٌGnh24Y4|C˾i[|i_I^+go|݇ \2'oA:ClR).-g[m#0Q=Œ#7=n8F#m>8Q}.[T ҧ{:U &g93m15iS]\RwHkvf*k+ *G\zT!Mi핋Rsj9h;*ɵX-%EQ5䄴G(*@ Ԅ%i."գ/;sEao:9^g6\$^I$ZkPMpqנY\:\U:O__52NQ{%5Kl2K`8nCCap}9V,w(FW-I^_5X$b&X/ÌwϪoR!ԸoE򫡾l/]]XCؿf*Z ߞ_nWT_0[ {TD vf.hU2ȮR@k*eȁG 4GSOMDks2Pp@Y:pjDyT5ь5 oU#T'l:'wN}C;t_O?$Vƒys+Y@O>L"q$ N :A/^0 &,X`G "u^4hMYZEh=7x'O)8ݞ!~1~l&rΌKx" QGGr0%z^(V357F=>Kt_mscq$^}QpͳMD Ey lyniyWx^MbyפY}x|<\ƕi\i\q)z$$.)cJ&qq)"$]H qV:T`B8$?ā$53~J׌}" `$vۢ fF8M\W?KIE\صvg3vtN;&'-bLbؔ4u ? z3cHckӘĚ4ViHc6a&1݇1ǓI ZYTt n]z54 endstream endobj 63 0 obj 4810 endobj 64 0 obj <> endobj 65 0 obj <> stream x]Mo0 9v@?h%"q؇ 1]nvH~(97FMmy9 6,͸ߣx˱, v=`[-|uRS,yq 6W7k``e ᝧ>w#$ѵnT(kOXYS̶:sVQKF9YA~v.H b+gML o#w=#"ț#)@>ɻALB > endobj 67 0 obj <> stream xX{te_}#t'M*NIyA@HHkx(JIc&EA^ Dh"LDvfpq|3}tø؆ުٝ3gW}u~wouGۺ&0F /kmvZx ؗ>;;osoֲjC}zX\Ը3-Hlv|}e`F]lb{5.>uG7KZCؖV76b<]ޱU\x)ql#XÈU^m3xA FbSNW9zaNv8;a>dd;H0繩8S׃Юnd"``d~OГ$|C/L0I\#KB\x#q .7,.5Q/,aC;;s,eK&PG|Y75% wxx|6[eЀwϚ/,R5;o|-)U1hVv@.Mw+2_] o6">QQ!$!rP/-u**l5~i0nRfΠ[`f%h]kj7s Nf X䤮Ƴ)STզ}e"RˌM#T*Z+9n3] 7/3=f}d*߾1o(b8h,E$<0 ͥi<*ȷ@SJqa T\;YY:"Az=ŝbv yA$5bB(!WQɡT+{;QMhGQ`̡VȎvնKqMQ]ÉprD1r9bxt|rz113L1sl)e,N4-V裯ydm}dgvLƕOwn޼Pd{Ă3 &X=vVUAЅYy,[lQsԲfg 3řUabުb.ǟ ؘ,8%)gIYqIVW'=I~"j؂1dȘRYC"=" %]1* NK($.h#I5;;4jQ6\k>xݺj׷#. "nSS' tΖu]c_E:gyD 0K|'Pj x$,&fr{yvĖ(Qs'#;?b:fb4^*K٤ZQ=4Hb D@"߬y(5tqG8wU2զ377i^-hn}yAGAڽ}}YcϽ؞Wv/ZL>&i=Ie>.m4'UcH iz4=4JE% RƍOtגj^?TcSb.K].{WJ#Tp%B-媄sSq4Ұ$zm7iQr}Q,־m_Q^{޿H䓝'^}xW dŋį|~́B&,:Iثӆq4 ܯ0^lܰ6u>I>0c`%9]نޒEX͂^' <醨GNx$nG: A.W C1-ʄ8VW STV\X?$Zn=pة~G3OӃ!O|Ja1(apoB8+3Apq\ը sbNX+}}?,<+μ֥-Qqҕ %C5Knn{"j "j"OfC<"P iG^Dx|ߍNyUGH,Bnב:}mL6nDbS}NݺCoyi-7/O{g/z|hee)Ȏd@ H@ "~E:>0sLwQdA )ԟLJ JK11XhؑTQW ҃Rk,0 3af\c !l *\awNgQ2),¾ld"32Ŵ=S,W(2Q: Q1꣆1jhz4#ꍎfFhVԷ6{o 0cBLb!f|swg?qLWđqJ1J-hk !mܯB#?`͓ݷ259E۫ _gVʴ;wÿFp硙;P@w úa3 IYml811C1; |r[_[q0%j7-|dمf2 Gҳcv9~4r+_|>^LMR7:Dr!fjk̸oHA[>R: &0R0~`cp&auz1f:F2Na,Y>RgCsPH^(ҧkV萊0'(aiʎPMhc˚v}ejmͺhTj=.57oZ^Xc][4}+׵^mj|iMkSGeR/Z[:: ֗HۤrI"9 9ra~J0@+V@AV aH0 ;6hFh}Q<[pvWZU:QJ ծ'qf5>сg+t웮ľ^؄olkeAZ,(G JQjk$mbL;oo-QnPnq7] &tmnz;n醴Uy ܼn:os:g:CӧusN_M6uA~ٺ S&AtB:NR> endobj 70 0 obj <> stream x]n0 նW?fxƛ .pmaz=zh]ffjۍyo!7~wG3^>_۫(77`; 0Ѕ>O{njSeJP؊ L[{(yUX/l R)I8!N[,E18);3?F!?2W%s|"Q3{ː+`%YsD^7"=(ƞgY&ihtp|ߟ}>>['ntXEn endstream endobj 71 0 obj <> endobj 72 0 obj <> stream xYyxŕsJsꚱ=]H݇-G# 2H`F%_,D쏄,a9 _>[̵,W ˙6XvUul A/LUW{ԥٺl0 <(=cqn #rۯD6`ꏯ/`#xM׭8 i?z_JL l!/4{ĉ~Foľ%/nC#O4@*ʏoqdžP} Mf?ya?M1sw#Ql'WƐKz~Jbd#1KJ_3i"A↽lK&@Kԛ^B&9#Cnro0њ=U<P5%.|w\v.upopw'&Xo%y,$ Ť&$A>2x '1n"C: GLC&pp)AL' d 8x Əނif S}CtB')(|.g1/`!-(?o =.)~XؾCנ p;\/c衝 =?Q^.k^3.0{ȃOp'6Óv%jk*+B˂ K ~Y]dgefx.ÞfZ&hx@Q9Ơw}:>%3h~~L]P nxT98>(һ!Ts½(h 8dn =n>Ky[P6>NZqLie+rZ6ʵQԄ)ѱYRȭ!aU%µxؤA[o7v1F.6_XK%: *g)rd@Nh8"Q-8j^:ᎫG} ۈ gęHLղzӹ~ZwvvfHȆJvLI@otsC 'c1hd&פHo ]iZ ;N G`hK_ v05,ki>C$DRLZp*PYmU_$zX$-k[ujj(tghٔN h"[Dlrz; ;D<YWu釮c#:@cihT00~2;:}"ZH zhf֡OIסe%A q=s48rFSszfvG;2X%_;N q>"KwzD\L"<PAq);x[h;9{JS=H[&Զ5ӌ-}-F|{& ~cc'j ϟp\rcSj \x9T"LÙRd~f9p޸Bv$9…; qDPҞL{FwO310ʸ#~$F3hz&9`4|8Fs\.r`V!-B ,Ċ_F 9mpǁoFS¼mq8 gH9~n&#.t5ܹ#gȮy04)KKs7b3;9+;NrVPqhnj>XYAv;۩9'GZ.+B t9>=^f.. NgR5뫝hE7!_4rON=6u.|NCâg2xVVḁrXoG*HX`ߵJϗ.sN̵۝C#1 |c#O} Q#pHMı%'+nQ 2U3Z26xw{6)٤鷕U6g_eks~IspX H*vk3e9+WCisf}MYgYBQufVFbgu*,[[C\ 0F9CE7V([qe5m%CW^ ܳ_Z 67|[ݮgx\+ %E9YEU%.K}o)z7=xkEe W=`ebz;2aRhsŽF-cq-xa(;M,^,lj]4fY4ZQ F~2uE7/Ht =+}7|-E_@؏gJh(rF`t1_6Cvc6gY6_7;6jSmx]"9f+/sʕh v}zq)~6$4w5zԍ؟Vb8 Ov{scIFD SwKxM\ܾ' qkrxWs%}UUu7D(7@,TFS,@60,"]:a#MxְyampbW1I10$_ǨԱIEֱ;c3,:B+o:Nn= [h ?1V XGmNѤcMt0N-X[bpDT90=h cG=2m8",M> ov;rѬٗc 4ۏulajq %]:}؎ }+[aTj=] w/議iC3cXR0]-6m5z1c념ni`orGzPE†sִ`R-={a3ʌ.6z6G5Nf m,K4g0/i?fbF7TcP4NY֋0Zwz^Oe{0our`^Ə#G@[ mA]Ct71TL܌~fϪ-_ctJ{/Ӵ~fj3~*7g۵PO4_F|5_{y>jq͊isFf66Zy7JnB_y<5g[ۑO)H&OMxb#m9>5C_C4 ěPo<y] sH˒]s8=ns$aD uBgmBl)zKY9c`ҖVwAYp<~ Lu$)IzP2F MJ2c&} tSbi`bj'l6'rh'̡?F2y,I{dQ\sA$pX j`ΐa3d&33ut#'YY2:(')uNntC]E\lM+ޮș:(,ҁ>+y)i -EeۭPpJ1r1,֏L/ph$eeA2;[vG$ 0VZyi4[ l:Cg :l(if/D  @(OdA50asٗjLjLjLf .;'U5 ɚ]7$}'T'+}t!}N('Q%VwxǬsʱGNqx.SyjWW^J/{R陧!_S_'8q_PE`lؕc?SǞ3*#NiˣXK,cg,X:G I,GЖftXZ,oΐaQ7:jT]jkP AVJg`_;< + endstream endobj 73 0 obj 5051 endobj 74 0 obj <> endobj 75 0 obj <> stream x]j0 E /NL(0Ȣ[I 8"_[ЅҕtN5:7oe(]è r 9 GXv`j`뚰_lz^>O]ŹL`i!yELPoULcu@smiNHŒ@jZ_ MKXJ˼#_Uq2q|8'> > endobj 77 0 obj <> stream xy|U7~Ωzޝ;Ig)M %Ȣ xE>238.! Q亡計A#2^$sNU̽s~>ozԩs|<ʵȌ6#)lWi׭ gx?Bt.\/.[`N?!S6B[1]8'BAՋZ^|Ն«VyyӲ~!BKw#^y#ChF8tŕ$s5ZZR_= ;_cR FbiNP8/(K+5 W54659jt˘ObSN:c9ms ?b$:#yǩSV~IE}zYv\Qz CA>C݇ߡ.u-^7;ՇohڏoШ %q9oC {d7Q\=A^!7$^%v=oAoy:?)%r=~n 5D[~GŭEэhp0wpn.q'rM|l[ۢp]F);>O]:\ou#6 r[}t-WLx7B>((d5/iEj4-\2yIx-2͋awnmn6moPsoR&Md#$hcmG5iHJ-{4N6_1]=yncmN~=٬- oͰK=E翸ݡr6N炤UH1=:?XZvhz-W̘n/T@ԣsmպ_m3J,t[-Rj~6luDµqZT8y N(銝 iҌo<`к3MFHaW J/ғ0=A-Tʻ)mfwyvߋ&05x®џbDhJE#ŏ~pJ##vR,A1) XG8dPƙ ^gfCАm44&dh B!JI$.mF)͘ A(/ MÛi>p nSXRcXQ[jkJ1\rU%8bG{ܻbiyp}!~#2!/)w='eތā5~^huBJUD;M-hR1}f=MӈH;(?U4T &lW{ZM&W Jh4dhb(G8TZqZPĢ&40M%v4y{J+Nb؎YaG别̍fn>e[?|;$%RGl>\z9o澏$r88駒F)`%TLPb]̀P#Hًq0`5Q&hR#81d 4oiEE}}=>Q2(dZi}rځJkMEmAD[&ڃHX04iE@e*uZe ѭh(FrrspTp_@ۨJKXv`񥕕W?umQ,\-m)U4O/s  y4arQFkD_݁(elYYM4ULS<44O@@&uh0gn4o-jʙ >1㹆h6:4ZIorhB|1uϏ'B?8WwkWtyc%Xdm-%\Q<\^bZ=2ڧhKQ1M W6[ j(Vw"F>FSrTh0p8Z^k?V UNuGse. xOs7thhT2{M5'IP#wHn3pakkuۂuYo8K,[Y}֜Wl;X}acJ+i И%#Mr|cАi>]DM J%0졭_:it2 TYSB]>ո Y4)lLc,GYRaPIl<`iR{A kO١*Ҙ@V2B;.̍ֆ <Ӑ-(^@Mu̔2 L*6cv@ 6"Tl1J>3RfL i]"0ȔH%2%܆lv[v&lpRUNцre`uTSҏ,[XZ ,+j~z&?iAs\Otsgމ#dād ZXjT/FhRBHP{GE'{gDffuxۂkW or\~BrcZJdOJ$ ]'Ǔ FKcUފ8@tăJD"U5MUjM@F"<~ɏnˊJT-//3 `d,4fُ%Cg23.GvOCOͳIMi@QăMxiC䮊v7GxPv}2㌶m #wkn֨vj"u Fv="dY= o3X*5nfPY 16i8I48iibu@țgtC>_fɓ2=pҩ/S+S7xmG>񳟞h3~1_N2_@Vt@Xs703r#Q1(v[7aI05@!TOS!o#MC8 S ёA5 7fTP_`V7n5aW*_!?9s6*͚n֛p4B"0ٲ bو+^̅VrAQR]j*fZlGi&`+b2Zdpb'"TybNH6aEDѻrF9zj1sgO%)oq"Y, '!{^Y_I1_5w&W}qޒvY+Yc#F=w5jʬ7E^W/`Lj6p<*lG .8,d g`2MagMSl2e-"Q,l 61$9NrG;N! !tm'렃uLuI:!0^ UnG`R6~ئMâ1fXTjgԡzOM=ݵ l\3Xw ٰJ Y# ?8Y-9U!Tz MQ jʵ,ZꚄo"gLHu}5XuY4pRvĂ{Tج;,= (iǟ(G٘A-CB* 9KBZd@:)hՁm*&U̢ZYCAb A? ~/,Y΄3vz0'4+WEe4!`N! +jX/ى 툒ַ[zyKfctO~vİg^?؉E;gJۼ!ixɖ5*E+<^[^![vvŽ<ՠFɛb&5m5ջ:! "2J 9FXM$a@V?CG+a{{O̼\.wBc$ڭa+geJ0mbHE}sT)qIhVܴEiԜ MvU8zM>U^ Ɏ>p9/n2@o"qL,4SLH KrI` R^ ֜Q||VL M̎X/u9vlXFd3 yvl:`pfLYW&mn]GnyOG/ndLS"?OIK7FnEu =CPg7 /.NrbX]xAoIR]tPSB( mWb-,hd QߣT s 6w9a f:d+̊$)RPfW8'zc:@q%YNm/ڼx ;Fw<2^hЅ?-r 'qjNBr0RNqCCc&S<6g6EEP@|8 M,zZ) ʬ`PbCzԏT|c顙@O1Fһҥ?:"~]'Xr]Ft*ؼeviie~-&畞=Mo4,DaT10%:%\Q(GngH#R̦^WW9,%`jFQM-jd,Њ+,%%Յ|D-XX2gS[bg%cX [ĩZ*sPS"Yf?g1Y6:iϗ}gO/^}fw?}|t6|yB#U4d j%h 2BN_!$]au3/ЯN܀*TAf[pĐ68P`09+d+ҎeVJy}C3=KN`fU+SZI7vSԋJokMڛ[J[Mk{y+SzЬHAo\qFwtwhlSk^7 zA{Z.yuOA>uvGT#e!IiRBPI1gdd"D#Eœ‡ap3k&A 8x,Aw4k|Vl bFG8r(?EL[CIRd4J~%W01`lM-wVWVEY!'2@ .4%SBYǪ@BTYbgR{2Cc5ˌF[K'[`d9TLkU=:Խ;g1 qa7Uۮlߙ052_S zO Wre)X?vWNAq\8zA),q\\6PYVbgK( Ta`8Žg^q"/3zGZ?_u6+e4ȓh ݠu~P{ ~qfgyԒ/ u>`w6 hbR^( ]Rk45ÿD }bg4:hi8pF t\4 T.ْՙvhvm:BhgZG/Ȁ['ro~XS+RweAN^ v+*zqQml}sҢu/&dj &jAZap ) Chr,F'lU>k)X )US-mN5VjY[WsaBdbR@د_vi6Ǭl-)C{^0ĤJL1GE,N{ fS*8-82{K}LK#o4}?&JRx\1Ov OEp 2f氯pnr3Pi&mŝŤ62:KgIWhl8VmU9U\"JVWX gD+sQYs9Ղʋ|S۟1LKdWj`lπ<]߶Λ3̶kJ;쁉ko>Q~he#UൕM:lepܹ8gabVm'~T d²⓷}3uԩ{ߙSf8,dxco(fѲ_ \׾Mcxb88}K?aƚ@(ovseؖc>3 Zz&U"@Qpa̒ kk@8<b:a4I!2J_$XH AOP|) iK5ƹ8pqZ*y;@j( HٌT#!5Bq%Y)7MBQqj }Ϋyq['cH8i|_7gA7dOpqՀ:H&DD*BZ>|NCKE`%،4 z`]A`3ǠGh-_yWEvW\ &VFpƫSa+^~o\ b,Cn{KlIt LxuM6a>d̸? Njjn١@yK(O Bft#E3q{GI-`$ka6sTؾCS ͱuZ,Yq*V[NA* "~TQp{{ 5 FtM֟{q}~NQLT6#6Z=@fvAK|ڧnSZ3C^Ck-gR?bK&hReP, tg|._ɍ\a(1KBv>>N=:GMEr,ACܮ4:#>ow}zu-ll5*+_3:;.ur5Cd!']Ƣz"':ݜ uG-4̛MP0...#UU @< 5zȐ˩׌/~kqfk oN*pnslkt2ս8og4GQ%Ch;gf2`+úǝVlmy5V"1Dfc6fU~r4eI DC!ḓ>d:PTVe.;T'zyX_*5_]˂T_56yy=[|pԄ+pW89=^;tT|傏/TW>hHy[f/~8.e"ޠ95ƙ1v|K0:P@EYh>^L0c' 2F$B}ހ#}@o=9YD 5l6QeD-S=chTFIc6',-`UbCn 4Ѹ֢ Y,5*XqÀqf9d7o2nlf CESW_+67ӣtM+r L|BnS:Qw(rAC5nX*A@|*$!N p"٪+&@+>~!`RkDVE6|A*/g :QP6WQ)xWjQW] PyQz^eY&y}5TZwp]-jlP>)btŦjf~Je:Gƒj)բT{M=in^Zq2{ִܵo(;N\&y*Et pλ["N ]6F(.7N%Ø)iX*Sc' Nl{Wz_W5u"׈T5H$f2Nń'X1FVjh>vH1JCoW'q `q0oF/ <3(6JP}/]W(qwn#y|{$} P b¶hf|[[vJ S^bRɮLvu2xe8^ x`2{]GD@|[?R#W5$003h^ pX.تlxүT8en 8} s 8ߣ ?~y.;yauJP>^ 70JNv: @3]k j>#!~1YKci _,E`}偠-ԼDž㽓 iGʄf[s1b?.ƒ<v֌xk=~˦v#!PIZxB_!Arad3JEAX}caX,va$,⿘K2}mݤݖ-W@A*LSWz}=Pr)R}G͏7vN:ĔJcdBop<|ڇޯ{{_͌85AG.A_)mȅ#—k¡=nȆa<0L%o> R_^HU7dicFdI*vcwY-w~ŵ. Ur=]B{3(\VVΏ"f{ ѡeBjՈSƘMGb51_dGvO6Q'n>JA_z %d+ĩd@@P[ՑjDӧp#D tYЏ `XB4_ElP '!`fea.QX’jX5h 5H1-JVj, 7^gףּ&~SpTDw ?ۻ3u{Hkdx~O Pf9]ztw6|ШʦAd}btbv{={MeZX/<4RO4}s#v<G313!4;f&f3BsB13!4_B04EAQ⸠RhC=Rpo(w~ 9`O#mv^.Λ_9 !Cc3 dÚG45^mGŵkVm2:Z5M6]⹏Qo" 4JSӣ*I)sYR9&v>8Wt DR0l%{>UM`7[1)G!b>:#ȽyƄ]hICb E\~5|a `(ϟ$tPUu`![PF/iKeZةhk=i@,M:{T[bO M M1Xm>Àx>P/*t*aj[l~uvE}Ds7}:\uovY}^{ݷ 4Kqv`Yѱ"u?j!&WQ.@505'ٌHM0"3(@;Bh("a٭7ɤfdI:˦E(Dv &eHHW׹/f}][{ae E(b,xU+UI,H]a_D#f+UktC|u>Wح}᜾3UuPDgW\Ӭ.,tBs7TEL\=xe= 2P( w-ח# ؑI?B̽EyQU\Qr8KЎ< }%MG /6T&FY;C4(\6U 1Ht2]aZ ,558l%d] T# p;6缰΂^̤ _ 2/{j FcX`Ҁs0-⽄ OeEA)O&c'5ї]#m-0[oq'Ql 矤~-nnNjNɽ/OQYB icٵ8į8į4.Kp3F xs58l.̦rT H~q4"PJn6~.|.ݔihHDN2% bB8&Y$ HY/e)Qu? ,"puq5Z4ɜuuZ ]a)z%W!8AICFj뇩wK]2/b\H=  ǿ/>?8 zI qSm|kc!1 D./d޾Y5y^ UXEFKt.pÙo E>q.B12V- J_<ѳ?]-taDS~L©__It6sOG: 5{M|5 ngMm.YrߣmN4<|DnEM_闡w,24 {GG"MO󀼿ciG#_YdgoĽF1 ({5TDh[BZ4IXtFΣ=~1\N@qv p핾lmy[NƟkYB=64$aFFoC3d|ߴΜa>e9hY3#9nwws'{r)s}nVn2˼Qy_{ªO-.:VtGJ]񩚄CÐ& 0v+h ;spJf~983#h43Zdm`-12<׎Fj4i4yFshҜh0hd@ ;*$-t˄vȣ62 6r mfg3%r :M1],ͽv|~hh?{ ,+`igt_0:?BJj݋m/J]w6׫M4DWh.Z<[PZV/apoZNsZ;3n' w}~1[@Bh1Vհ-gèsbV3 _+Bfgp:طC"xh"\[s<{K7cV07\bV80~%{]Mgٻµ\iVhiCWW[n fXkøVj05hA2Z*F"v .-^w +rHgoX 9G|aƧp\ˤC" XIְZN:7guN5ƀ^9N'+Y;e>QU]a4|]UX vvPߵXaWqieʇ $.zo\V Grog9-l^\8@ke {.]4p*V󕬿\*^M/wU*kٓXm:)Aj 4=[|{_n3P2\i<32}EoX\~ # 9ڶ Օ_p4: hXu;Cx-6:p*xje/^ Vūvq"w Ud)' ۃCDd}=ls`׃'ugTb~w+*5";2=gӰx]}]n7;v]^ԊIGo$*1ubawZ#X-[1W':+5"P#2PȎ?&z/Ɋ;wBsٍSgĮեkk!nfăq9 8ZX˻]03c\+p%]p,׀(qb$ Qʮ>v}護Cm6~K/ּM/4@y_vT}}8V'twvo}ncO4T(ԄmSCS)sC?O^˧.em7BPaW]P 8" ԅs\NV\mϯ?i܇6mAlBOC5t!QNlƑk\xVk9RQZP.'㤆ry}b ]S9uiwFKJuVk.y.1ڴX5DҶhr5/rEbc ~bo-6v51&)vDw1}5I*=ۼvPt endstream endobj 78 0 obj 19300 endobj 79 0 obj <> endobj 80 0 obj <> stream x]ˎ@=_ra,Yɋ<O>c>ܺDbFS].^CMo9)t};clBz׮OrIۮon!Yknr_c˦çdul8_?W~JdNp|> _NUvMyɿR뜔ކpjx!Ye:]: }߽pfV9FvK[ `d7f빴ylksǞVg\4r//>ܜsKrKIW[KAxC2/,G诰V= 9 /Yf(;GG~LH_L23tos~GG?VC}9{w+ NG Ξ珽;r (wGWDWQ9 > endobj 82 0 obj <> stream x|{|T{{>l7s< ܐ;`$$$@ހ(JP(Զ>Td&_R)>Z *VkBE|&;3 ~_93su3gnپQRi%BuvC( UW^!uWݴJ}C[[oXA)a< U4xA%5Z`4Ifew8]h#A.rȉPSh<Ә|@h?z7g1>ԇ~ mF?Aۑ -;bx vP:zd4נdП{jmC BԂW֣Jt堫Q3j]ݡ{B!7g(7?IPtߣ9 ( *Vġ0CCxz)v\X(:TTЃsHPBvzhԋӏ^Dbp>/tPӇ~ё %-ѯ)ÿ -^ЛȆ0'fxpC#mK!vt/#)<̵#58:Za''oU1gBFXD/ lʸ߂"~?NY_֡Kl"|-nv#§g5q/Yw w>-=>/C"0af$z#,`6#8.(ޏ})3K<*MH<<>N6"%_s. p\>Ws9}Ȼ|!+ O / Uz5Rc##>DQnki$zwng⫁3+pn'o⟳?_.1y2&x#&>69g⢸TnWs&^.Ƚν}]侃'ky/'~_?*T uUęBqX%oA:_Fur%!t7]77 +P7x pj|"\$3y/AMdj5 |e4̿s |Jo&TzԋɅ>Mk]4G{;0y[R"?S(Gqs\ "%iU9P3W\qd>HQ1!@à;}_Fx3=Z"4RUQUw+Cfl6\=:GAI^>џ$qbpMB9;qxJπueqoR 60hYuKݭ%c:rgtp U hVXԣK!MQVK0)Uㇲ!K3iB TaDX)2X#è<y|8OayCmLQYDa*Y1 `` z[TK $R36J3'j2~Ҽּm֚<0]\bu6[rsKY@^8A *Q4ZZk%*=( RY5͢ZK@m a F`TMVmH 0VdØJh&h`ózZ *d4"dՆVC3'@[[DO*fbb&fIZ.h/]pͻPUj5PAO8Lqfn79';9nF))K ^&/S}hIOEi0k h:tGYFܒ`&4=#\ Ʋ\hImCz)^4 4x=g9yтS07[rQ(x5fT4B~mU"gZrB}\KGy|r`O}2|Cg'H U߾K6$X#`n!I #-_-pB^bU0*:%3;3Rϸ~&9x[|*MY|}fݚ[N{3hncJi!,%DZgRSU+ M&MIפo2%%Ii ]]b]rg{K}'%K>D{r30co !FP7ǐ%6w:)Arb'O)4, \ \+\\']*jqv^.qF9 )XAF%`"S ,aٳhHFsƓ+cƐOaJOb5Lyw)VgV3&YrCj]vj]2i-Dgɵ?JũZh3 50f]%fUg f !a$J0RPDqA~Dgeb2O(2d̴ƟFqf0P6Bx j/U.ҬH)%h`iYiEac{W&EIlif"Y%No&Y$bm3QϠWhqrF +DcP@j[T*kݞ1-;+)1i2Κ3mZf}(O,TĂ^7n>;ǯOU,\|5π@g|,iKyRJ,skMN:;MUS,C$;7n~%5Sh.,T{j,5UG]$cXh9Ǵ[+I=Z kY*)T~j:[76@>g"ià^G Y4V c}YSkϔOe*va¢6(2]AZ`R[ pQ7R-iˏlC`Pڱ2K(3mb[tDHn9.YOesXG?Zi?qaߤXNe%~cSyUS?*_g$S3ΐ6n"V ZQo;yB٢Kf4BkسYxFA5XGu׊2Mz 鋊RdN 0|utIYӲN :#Qv-V L(:zGZ;iϬL{Cxfnh<=:.|QmɿL\j'@e((6bKUfVJJ4YjnUm:ӜV^{g ky߯~dK]3 >%2n 7+^YIYlj%3C-o*O(}ll5;.C&om@,(TK+R/2)z_LFTF̬VysE_*B}Qݤ^o9Dow~#l9$}<רl>O_%->%fTҙ#Q.)-Zۥe&M9IQuF߰FKՙnt9KLIAw8cދ PwJ ,&DlCzSSHq c qKvI#`s^0dߪY钳5j̜-loߗwOÎSMO߸|dΎFEvl;7t^;{* t ڵ(G,UL-+`~ծVNfC鱃iB r0r뮃. CO9䠺k\ 9;滩NEQuwV^wrn}Yjm4挆""Azhi>[ [ }k,8#g]\3t`21GR jPR^ js4* e5m4JWjŹo]Iק37/Zt] 3rs-ٵ~.hWz#HKy z_J7ޓi|U*C~I`j7uW_]ǜ.YH7ۦ&EڴPX%hj(P5$]UtNOKԋ`^gS/=q3L!NlΌXذaۣǔO?A,)WW>'S>[XbL]'*_ }W`5OԿ8,8H'qڇ'=޳@2_XCh3?_:1zn[zk^ ˡ LKLbqVv825'XI 5 ^apZ@p^,x؄c{kOQY{DA71a[?mz6)G]nbk( _HS!x`Ĩ_Έ|kptsgsѐrMff&Ԝ֜׈Hմj4{"Yg4! Epw3F*AkUb=^>gx 'S;fʳl<"ѱHM0``dV8r0}}}_N6Oe^vK7^GS[Lؤ ZZţbcz8FL#z* SD+s4zYKKjC!A>i[6Mk%CCz]cWZL[L #)y94dҡKcF5u/Xa 0mttJOSL"wFg0קW _lM—)x(mconG\~O̹wُ淌VdCn&y79]LJΕLX=kDU(Qmu$ʠeSbk+Zռ`A(0ӛ2(;L8x_ҟGi=~ar*҃93Szd `Gl0ll"_6:d $>GY(݉ŵw47&Wkr$%McФ CjjaZTNt^ꕩU&Ccjn)r?iJ$*.=z*hqE.Xt G e)ż3]M[R76_m:`2b^Jg92l)-)$œn,0219#gdcc%ݨh7=LaOm9$IR#Մ_8?Yc񣰟 ~zIM?|ήhw~֑ZŘD)QNx QeoQAXCofT辝;K\f% %LpƧNWU"*#9*vئb'A kKW#O>u6^jѷoǮd@%05 !}e4’fmj_"$_7t9s׼gز)&l>uǎJG -Mu짷:f4 IWT9,Uj|o]1쑒ϭvA@oyd"R| ' N#jBF{8u sg:f8/Ui oH0d B-s ).-&uBV)e}9_\Ӻ Md7LlC))1̶]F̰S7QQQ7u3cs݋ _ǩk]$%kЗ5|$ WYVf!hOHԘĔlܢeΊk㖥,bY>aU 1m;c۞2J [O*ZSBщd.*Bh_QByXHs&V$-&U"$&LOÊFٮkv`WA/Q(}x*1qAaE8Ws2A*g%;}8v0նi9ՂM y83)ҍڧN߷A~[˧In[|e^؇G;_Uv!zCy0"sBv3Joܜ+/ } XlWmv1jc<ju&N&ҩ0R:҇.FK2.>DԽ);^֗oߋVkNcLr80#UeZOM6f4>JhRpdPϛx-`?v3Z-.B)9 tݲLȀ#x:Ѡz_{z ͂^QP"[ }z?7˦5.* }aQٝL~n n Vwu#K.(?3ro3tAEXO4fZ٫ }f3Ch4ڄXzpPXZ1BI,[Xzu8dd&DR_!He8d\ uEc2~(:,Dލ1@X7֙2m0CuT8:*JGR_fx,?>=o%ђGb%#J * N/n QpX d0= G c p >J"| -d G^+",LP9E$#wqrBq.Ѐ Qq9H0m%?]q$<x߾qq/=Z쳅7d՚zϟ-};j_] d׾)ڿ”:ZяR/GCH;G*aH9:\1t)粏[Y¯#p:d˔3 2Ԁ!ZP3@'ڄZYNa 72PR#Őw7@X7Bݵl5ZX } h@he -OASKQ-@y Z-Lh_ռD1?F6N6:haȣ=sZ [ FHQh `5,rY 2kAYOٸ3]8V(7*]Z:K Z|V9t:P-d=F%g3 EA*ldMgQx VvX~+o8digc2a-1q}%kclEF<>pqOmeV#e}rNSZm=HӥsX˰dOJȸ_jn|ۙ| &1aLsd%m?<:f´IBe^є j'Эg5h7KsJ( M~RΘ2e\P/kinZ/t64O ׮7nwԷo\XvqkkjL9ٓL5ֶtLaT YƼpFl_WӾFnY/&76˝PN^YY[(ik[7w7wLWѠfccjyU$yqJe~cmCښ4ya 4WX#/Y\sNϨhY/$輻 V4wʝ-r]cGZ(Aɭ퍐Y %tȭ;WnbY }6&r[[vnlLڵ`AA4$'7VBmξΒRanGښft֯lo^Z66m 5rKr]fi_z9&na]TT@d@hLXYx{jHխ{^ pGg 3g?^kPهѭv&cfEkf4OK9^C3ZŰ7 ~Clmkؑ%|н>K>zKAgpI\L Z2L8zBx| -]P@bY  -b8O 8ԥm@B=!{!LX`9-[g% '轓EfdM8YYŒ+dyaYɳqRZ8$dtXk,sv$=ƷBqdy^. (?1c1G#u9k0gjIC%#2|hSx8|38p4< V8p@$C(?{"R?B(`ZAh".yFoNnCěAb':$*V$(fL.7as7zwo& ɛHXP mF]@ dru`!nYB; rLJȯY:yů_Uc!>A^B##A,AA*4c;/ VPc$kFj,~=FJWI,iw`$% IĻ7lk7Fĺ&h|`4H\PIޜk\h"KKKO6}ӱ=ԛ {P zpb(]7㮭+w]˃bq.]UzwuDܕK9J?2E%,:XH+f18h|؄cDr|K伌¹e2,4 2Ѐ B*b t[p6ȠyH#y4X 6KrbV𗆯4 MMvXݑxW1~|oQoa u8%F5< qFgT3&y`#uϞ~g<9Ojzr^Hgt+<뽙F7yxxXA}H)&޹^gW6{ x  IjBA+WJJ¥ZTR^\E˃oZJQi٬@iZ Ņז`|wɎ~qfm?ialvW4UQ Ls#_8/c.)>S̠H(4c?wUp3?J|nfqEEi?^萌t 1gtjؘ)ձat P4:%0tK{~FQpiN$MBw愽g2Hb=x,D!c/x43c43@~gJϩ}%;748]+e"_W6и>X/?P\Ig{PeIYyOR_;CQ)88gaVe}1Whl!m,5'shW+5GBLѬp| qRL&37Goe?*z߬M*TH@hHqGHf,\߱9K@VzpW(+ *5S -/EȭS t%pḍ7NHiF!_"Gb%w .[ZFEQ1Fd B#:1\"Pc%ʬ8:Ak endstream endobj 83 0 obj 14030 endobj 84 0 obj <> endobj 85 0 obj <> stream x]Mn0Ft !R$Qi@!E*VlcEul7n5̢q0 wA\@*a:=#z4C_vȲ |k9 A 棨`gy. ~f|nzj[֗ޗd=Fk ,re5ԁKlJ>99!Nw;fʤ?#9!)B>1ȏG䂙uf./Ֆ<2"N0/WS }$'՟P2+tL(?Vtiw|;Q;6#V / endstream endobj 86 0 obj <> endobj 87 0 obj <> stream x{y|TU9ܭ{k_ԞT "{%Œ@Eh Ҷm{he"K%A !Di7Gm5=[h{^Rߥ}ҢAV' sEqmG / .} !??AhVs׺w.ƁP"8_y&|Mm[t4< C?ykWAZ!BпcꭉQ+)蟆՛}cY%[ۖ*C>hY5 |&?f>EhxZ h4-Vw{> XP*6׌֠CqTLChzGgfJטY2Co9g[1/ɆG!:Z]Իn4"\ek ]Bv-hr-l.\7-xr ‹,C nhDVS<['Nkז]N09'H?A|OoZ}"^ Ժ;V܃pnA1Z/38i%]y@(sv>5@hΚ2@yQFu oWwj: [,Ǩ>IǴtGl)ξ6.e:䗹'mJ=m(8ٸVYub;86WofiPzSK1 hĈ#PHcVb,ȯrqDŁW Wm QYvI\RU.$ mB|j&Qɳh:]tBM'L˾H}mԨ%Nы8H‡Uaj> $F/`u|j "[UO8EH79HwO3=3\/XuGa~DT&ǥwz}b$N]OI0\%i \d\iU[8b: >M:wn0,&%FS p,`e\ e,G 5B:*7 t 1aXgm5Z.%,yz`~T[/7T bXk1r:gvxՁ`$X7jczCPbX`ŷB=>_S>sH~,aYKQ,3kϩd%6>o*VV JpEyeYƕ`6&io.+|vKNz%ߺkvx'~Çmzmo[;v7z^ܷYX0fZ-`ck"2h3-+vv5Ȇ b"XT#hWQH>L0f\1V a!,aSDqShJ}TL6{ k(ٳ+ՕzPڪz]ѿZV+>GT+t;`;Nu>)4u[aS 3ȝF(SÕk*t3S wL';T UzCץ,$m6Sy5imu܍n ӭVwk)][mL)s6CaǍLSـQzKt/! DzVz^V|Hh\JwCySA9 _MpQ6˂qhvLd Z}GGgĬEwt7>p%AX,cٿZңk̲lqr!z؍ExDZE!*Z#;q頒³FKm*sjPx"yLe48Fq dGP&2Lf ^V,?~=2#!H43P&0BHihC҇S| DIs@5Fk[ #lRKyNq{|DϤ셍?0q/Q忪?to7C~gcvSE6U4|.֩"sbR/eU0ꈙ,JU|6Zgo۩N$]t̵꓆NSeIZvXwvw8ahl25Z6cwq[Vc(;t;o4be?+f%QB(7ʑ<|SRO9Oۆ볗w?3/#ԆX;ضSr6JiXzByt8s10$6F,e,5#2w') qdoYռ{n}YyѮ[kkiΫ~&4@#+f0b8b,%͂uL5II:$$䓪:&"he(,KвJ2_dpXWWgh^axJ}|eP=|4"H~Xmv)~hȱV 9gWK9[+uQ!*6՚*6~&D\ḭ5SU 71 &uQhMz"*IN5>0RF[^k Pp͊tȜnČkh[7m{|WssR=z7Rܿes+dW@:,r[cY5VhYހ0#Kb2 _8* cQ1Zur]D_i(f p8 mc+\wTVVV!)t ~|:DaSa8lr|ZΧ|B% ] hByuGM8P:]LWo4ԁn :Z!: ]]vV}atxc}9 aېslJlS2ܡzᆲ#RKG~c/3Uǖ{c]7q5~|* ,X1 !020f% L>hۋyD O/AzƚFQ#""/r57 }n 0Sh ,SuXֆag awPdb˜0% KšMxi>Ō|вfį/M.?&>:Zvi٩e\jZUVS4j5ֺjsjskj󡹡yy@Icb31K:qw]6WݧQ4]ڞv=io*7{-L~ on;m\υj5fEiiL!5Q!ֹ}KӨ߉o'7ycuJӧOL"OӓӝwV8l| =P2>nFʹ/<`ggxnvss @$;/ w73Q grI? *qZ+1 h@:+tCOblpd !> )& ;tfꇩa I=xGǰG#u3g4:y3@vHSǞ߼ۻ64]o<:5m?~~{]B͇ r[~C59).*2ʃ*sd%&4nڨkݜSmg]ʂe|șW><_C)\/3/˗^ߔ>_oε?k2)RTjr rDmXbv@|SS`DAT9ՅP^2"Chšhh¤ъ2 x̻'fyw!8Fg$SYsV5C&dtAܡ, '{2R 5Bt#&vRF6F.~Q LNLYLdA-000Ϋ_1b:g:ܘהiumμNoxX^+:k "{9ppy3zX`o7~UZ?_?ڵryl*m,13XTDfYZdd21,̈́[a(7gt#ePYTݶ4Ii&ͦ4V i!-iSڜس7ĩ boy_^O.ɻw!Dfsa<iE8i D`$b#eȬGS et\#:)FtBXeX#yT,S1MLŀɐ%f6\;wv ;ŝƝN >G%C?hzV-&5\T-66rڸD\bN8%9P ZYslf`Ń 88_}&z{|)%|уSW\_H;_׶}/_}Tjed֮яcƛ׮]o:}|H􅦐9dTƴr SݥmM]KXwV_\]g3K֋6 !>$ Γ4r?>.J b% `F WQ+]3:{k_} /mRR:#-QzBZO=t[[(.p*5gK)ǘMy6]DZ#q0aHYlWF"U`(2EBg 7cQ>bɉ.,1$HNVSvTgg5g\_P0x3L~uysʵ3 &&34 i!- 8{@_X4-A!r'AC-ß~ ;߫ږzYf1K#<.їi0JgB,H,FA&5%P;CL> Q?ld 9&x `_-f;;*4V\;Cchlgcoe9ʹ2;(k|5Amap]֭έ^z^_7pV? BzMnZזw`6%7bJe(0]o5:•u4qy!|_?cxynk}k'70]} TSpص9^|VYCưԮdK! ^>*+Kg!/`0 (Pѐ*jJ_Rak^fip8T B@U-хa}61![}#,trن}@B%׹m~$ _ŸH:obHв\7(U(F?y5nxj8PS7GS|w}`AaSIc5cc~o$WU|TuokG<oGM8UMF]Ш,u-6-1qK-ύ6],] xqiJ>MvS¾i}ũHw$5{F&^zA֦uir5mH;Ӯtn:/e;?H%Tc&UJ*RZBG켲Y?jxߟm8+f`װxmUͯ_xJ?)"-1G&tW̪0"%4JGcCv9RTjMJ+Vdč c7]r^a-Xl@&ߢMRg4,*Ken.#Xsk kNbDoJ#Og' X~axFKAor "hsU$c!wZGx2 *45:@RUe@eԗbҤtCуjH9:U&zܔ9?K>d/[C͖"]c3FGu,u1W}}j],S4vZ)K{Mrvs7/,M=cʔvs䢘fsL*&~UUG*3d=pZ=3If?k-3eNiAT%C7FZS qT(y/_a,.c3)_8/,{^XjBqatvtbhPǴ%f#x;l# µh:sl7olv'we2ݻ3Y}d&pD1a&<./O E . [öiR}7՞%_(y "ָ-w⎻Xk 4e 0@<,i6owˀdzq5BgEv>-zAS s;ЀzAGH8;E-Hsjt7zBw˲?/ &C$Kt><|f&TUԷӚ)Ϳik۫Z? 7œ`nMjOM͟Y6YRB kgrT 벼\1RA/O5}vx!jӐlde!#iD>FF-GrH w*=u Wmsh1/~&OW޶޶ mSޱlfͻ6+۠p~gd@2(}O8M=D"He.Ӵ4sƽa/Yd_,B,A̗zܯ1vyscAf 9cLD挑%/DjTJB"e l!)#ὤD"cdDIH"1Rh1#H`Ljϻd2A#t^J&o7{ 2+In L5F݌~hp&h- c_I1$Vu7%4F0 A"Ljnh5fF+1F%~pa$BKH#e Ki|Ïi_C_>/tVFx endstream endobj 88 0 obj 9548 endobj 89 0 obj <> endobj 90 0 obj <> stream x]n0~i}㗿0"kS_%qߥ~?+#kMvulZpٲ(j̇Eɔlb )(Uؐ5  /%cv`Gނ+aS~&y ~!oka'}7•ݒ1 2j;wP_ӿ2`g0ziW&+w7MJ<ԤEMCo1p0_fwRg߁oeVolo <%#xcMd&1}q%iԦ endstream endobj 91 0 obj <> endobj 92 0 obj <> endobj 93 0 obj <> /ProcSet[/PDF/Text/ImageC/ImageI/ImageB] >> endobj 1 0 obj <>/Contents 2 0 R>> endobj 6 0 obj <>/Contents 7 0 R>> endobj 9 0 obj <>/Contents 10 0 R>> endobj 12 0 obj <>/Contents 13 0 R>> endobj 15 0 obj <>/Contents 16 0 R>> endobj 18 0 obj <>/Contents 19 0 R>> endobj 21 0 obj <>/Contents 22 0 R>> endobj 24 0 obj <>/Contents 25 0 R>> endobj 27 0 obj <>/Contents 28 0 R>> endobj 30 0 obj <>/Contents 31 0 R>> endobj 33 0 obj <>/Contents 34 0 R>> endobj 36 0 obj <>/Contents 37 0 R>> endobj 61 0 obj <> endobj 39 0 obj <> >> endobj 40 0 obj <> >> endobj 41 0 obj <> >> endobj 42 0 obj <> >> endobj 43 0 obj <> >> endobj 44 0 obj <> >> endobj 45 0 obj <> >> endobj 46 0 obj <> >> endobj 47 0 obj <> >> endobj 48 0 obj <> >> endobj 49 0 obj <> >> endobj 50 0 obj <> >> endobj 51 0 obj <> >> endobj 52 0 obj <> >> endobj 53 0 obj <> >> endobj 54 0 obj <> >> endobj 55 0 obj <> endobj 56 0 obj <> endobj 57 0 obj <> endobj 58 0 obj <> endobj 59 0 obj <> endobj 60 0 obj <> endobj 94 0 obj <> /Lang(fr-FR) >> endobj 95 0 obj < /Author /Creator /Producer /CreationDate(D:20110530170705+02'00')>> endobj xref 0 96 0000000000 65535 f 0000126894 00000 n 0000000019 00000 n 0000002504 00000 n 0000002525 00000 n 0000010010 00000 n 0000127084 00000 n 0000010031 00000 n 0000014447 00000 n 0000127246 00000 n 0000014468 00000 n 0000019628 00000 n 0000127416 00000 n 0000019650 00000 n 0000024736 00000 n 0000127587 00000 n 0000024758 00000 n 0000029584 00000 n 0000127758 00000 n 0000029606 00000 n 0000034916 00000 n 0000127922 00000 n 0000034938 00000 n 0000039942 00000 n 0000128086 00000 n 0000039964 00000 n 0000045281 00000 n 0000128271 00000 n 0000045303 00000 n 0000050356 00000 n 0000128435 00000 n 0000050378 00000 n 0000055595 00000 n 0000128599 00000 n 0000055617 00000 n 0000060576 00000 n 0000128763 00000 n 0000060598 00000 n 0000063119 00000 n 0000129103 00000 n 0000129251 00000 n 0000129415 00000 n 0000129579 00000 n 0000129743 00000 n 0000129907 00000 n 0000130071 00000 n 0000130235 00000 n 0000130399 00000 n 0000130563 00000 n 0000130727 00000 n 0000130891 00000 n 0000131055 00000 n 0000131203 00000 n 0000131350 00000 n 0000131496 00000 n 0000131647 00000 n 0000131764 00000 n 0000131882 00000 n 0000132000 00000 n 0000132120 00000 n 0000132238 00000 n 0000128927 00000 n 0000063141 00000 n 0000068037 00000 n 0000068059 00000 n 0000068262 00000 n 0000068631 00000 n 0000068864 00000 n 0000073468 00000 n 0000073490 00000 n 0000073686 00000 n 0000074083 00000 n 0000074337 00000 n 0000079474 00000 n 0000079496 00000 n 0000079690 00000 n 0000080017 00000 n 0000080204 00000 n 0000099591 00000 n 0000099614 00000 n 0000099803 00000 n 0000100492 00000 n 0000101015 00000 n 0000115132 00000 n 0000115155 00000 n 0000115344 00000 n 0000115760 00000 n 0000116028 00000 n 0000125663 00000 n 0000125685 00000 n 0000125880 00000 n 0000126372 00000 n 0000126712 00000 n 0000126795 00000 n 0000132356 00000 n 0000132499 00000 n trailer < <2447F00C1BBA836EFE7E1349C6CA2C6C> ] /DocChecksum /EE5E4ED204E930A960868A81E1909A98 >> startxref 133005 %%EOF