×

Ce site est un chantier à ciel ouvert habité par les éditeurs, lecteurs, auteurs, techniciens, designers de Sens public. Il s'agence et s'aménage au fil de l'eau. Explorez et prenez vos marques (mode d'emploi ici) !

Dossiers2021/03/15
Informations
  • Résumé
  • Mots-clés (2)
      • Mot-clésFR Éditeur 319 articles 17 dossiers,  
        319 articles 17 dossiers,  
        Mot-clésFR Éditeur 60 articles 5 dossiers,  
        60 articles 5 dossiers,  
      Texte

      La chose la plus belle de l’Éducation sentimentale, ce n’est pas une phrase, mais un blanc. Marcel Proust, « À propos du style de Flaubert »

      Le contexte médiatique contemporain est riche en expériences sérielles : pensons au roman-feuilleton, aux franchises cinématographiques, au cinéma conçu dans son histoire intermédiale et sérielle, à la BD, aux séries télévisées qui se déclinent sur tous les médias, aux jeux vidéo et, surtout, à l’engagement multiforme et interminable des publics qui suivent ces récits pluriels1. Ce dossier est né de la volonté de traiter de manière approfondie un aspect précis, mais incontournable, de l’essence des séries : les intervalles2.

      L’intervalle, qu’il soit distance spatiale ou période de temps, est un écart existant entre deux valeurs : appréhendé en tant que phénomène dépassant les frontières médiatiques et disciplinaires, il est un concept qui intéresse à la fois notre relation aux contenus et la façon de construire notre connaissance du réel. Ces interruptions, interstices, pauses, blancs et temps d’arrêt nous demandent de faire attention aux frontières, au rythme et donc à l’identité propre d’une expérience sérielle3. Nous les subissons (la pause publicitaire imposée, la fin d’une saison, la livraison discontinue des tomes d’une saga de romans ou de jeu vidéo) ou nous décidons de les impartir au contenu (arrêter la lecture à un moment plutôt qu’un autre). Ces « vides » qui nous alertent de la fin, ces vides que la fin (toujours provisoire ?) d’un récit produit en nous et avec nous, sont à penser comme des moments nécessaires aux séries et même des espaces productifs.

      Dans la course à pied, l’athlète qui s’entraîne par intervalles ajoute de pauses utiles entre les efforts, ce qui lui permet de récupérer de l’effort précédent, mais de façon incomplète. L’intervalle est donc à concevoir comme une méthode pour améliorer sa performance. Pour l’étude des médias, l’intervalle possède un rôle heuristique : il est une interruption qui se révèle utile à l’analyse car il brise une continuité, nous permettant de faire ressortir des œuvres là où autrement il y aurait un flot ininterrompu ; il permet de trouver de la discrétion dans la continuité des flux4.

      Les intervalles sont une composante essentielle du récit, mais aussi, au sens plus large, du média, les médias étant conçus comme des assemblages de textes, dispositifs et infrastructures de production dans leur histoire complexe, englobant les usages par les publics. La saturation médiatique des marchés contemporains permet d’abonder dans le sens d’une horror vacui qui consisterait à (trop) combler ces espaces creux, en y ajoutant sans arrêt du matériel. Les études sur la culture participative des fans nous renseignent par ailleurs sur la richesse de l’activité discursive qui opère dans les pauses et qui, entre les plis du tissu sériel, produit d’innombrables variantes et relectures. Intervalle, pause, écart, entracte : autant de façons de dire la dimension provisoire de la fin – suivie par une reprise, une résurrection, relancée par un reboot, par un remake, rattrapée au détour d’un spinoff.

      Penser les intervalles veut dire analyser la sérialité à travers les lentilles de la périodicité, de la discontinuité, de la différance derridienne5, de la durée et de l’attente, des intermittences, de la tension et de la densité, de la ritualité, du vide. Comprendre et appréhender l’intervalle signifie donc trouver une porte d’entrée vers l’expérience de la sérialité : saisir, avec les textes, les modalités de création et de réception qui façonnent des formes de savoir toujours plus élargies, étendues. Penser l’intervalle correspond finalement à remplacer l’absence par un rythme, à découvrir des battements ou pulsations capables d’animer, d’instiller du sens à un continuum autrement inintelligible.

      Ces questions sont abordées par les contributeurs et contributrices de ce dossier à partir de domaines aussi différents, mais connexes, que la littérature, le cinéma, la télévision, le jeu vidéo, l’histoire de l’art. Ce projet est donc aussi l’occasion de construire des passerelles interdisciplinaires qui nous aident à penser les intervalles entre des champs d’études, de trouver des réponses en construisant un savoir partagé.

      Le dossier s’ouvre par le champ des études littéraires, avec l’article « L’intervalle de la terreur : Suspense et angoisse intercalaire dans le roman français des années 1730 », dans lequel Ugo Dionne s’intéresse au développement d’une forme spécifique de suspense ruptural et de techniques suspensives dans les romans français des années 1730, afin de négocier l’intervalle menaçant que représente la publication irrégulière des récits. Toujours dans le domaine de la littérature française, l’article « Périodicité, cadences et fiction en régime sériel (1900-1970) » de Matthieu Letourneux nous plonge dans la situation des romans populaires au XXe siècle et dans l’articulation de l’intervalle, sa formation médiatique dans les collections populaires et les transformations qui affectent à la fois la façon de concevoir les textes et celle de les appréhender.

      Les effets de l’intervalle se font aussi sentir dans la structure des séries télévisées, comme nous le voyons dans l’article « Tension et densité de l’intervalle sériel » de Guillaume Soulez, où l’auteur s’intéresse à la notion de double intervalle, déterminé par la répétition structurelle et matricielle ainsi que par le travail spectatoriel qui mène lui-même à la création d’intervalles plus ou moins virtuelle. Pour Hélène Machinal, les séries télévisées sont elles-mêmes fondées sur la notion d’intervalle. Dans son article « Le rapport paradoxal au temps en fiction sérielle : Intervalle et série télévisée », elle souligne la présence de tensions dans la structure et le processus narratif télévisuel, notamment dans le genre de la science-fiction puisqu’il est fondé sur des rapports paradoxaux à la temporalité et sur un rapport à l’espace qui relèverait de l’intervalle comme manifestation de la suspension de la crédulité. La structure narrative télévisuelle intéresse également Claire Cornillon dans son article « Le statut de l’ellipse dans quelques séries semi-feuilletonnantes formulaires ». Plus précisément, elle s’intéresse à l’interstice entre les épisodes des séries télévisées The Pretender (NBC, 1996-2000) et Angel (The WB, 1999-2004) afin de voir comment la présence d’une ellipse contribue à mettre en avant un certain rapport à l’autre à travers la mise en avant d’un quotidien formulaire. Poursuivant avec cette idée d’entre-deux, l’article de Joëlle Rouleau, « Ruptures : Créations et possibilités queer du vide », se concentre sur le moment précis entre la répétition et l’intervalle (l’entre-intervalle) dans la série télévisée Random Acts of Flyness (HBO, 2018-présent) afin de voir si le vide et la rupture entre les plans, les scènes, les dialogues et les épisodes arrivent à produire une création des possibilités d’interprétation et de lectures queer. Tout comme Hélène Machinal, Lynn Kozak fait un lien entre la littérature et la télévision dans son article « Re-considering Epic and TV » puisqu’elle se questionne sur la manière dont certaines caractéristiques de l’épopée orale antique peuvent être utiles pour envisager les stratégies narratives de la télévision. Notamment, elle suggère de considérer l’épisode comme unité narrative principale au détriment de la saison puisque les épisodes épiques ne sont pas clairement délimités.

      Les auteurs et autrices abordent également la problématique des intervalles sériels depuis la question de la réception. C’est le cas de l’article « La durée et l’attente : Les intermittences du Trône de fer, série romanesque et série télévisée », dans lequel Anne Besson étudie les différences entre les consommations sérielles, littéraires et télévisuelles en notre ère du transmédia en comparant le roman A song of Ice and Fire de George Martin et la série télévisée Game of Thrones (HBO, 2011-2019). En poursuivant avec la notion de consommation, l’article « Jouer avec les intervalles et avec le récit : Usages et significations de l’intervalle en contexte de visionnement connecté » de Christine Thoër, Vincent Fabre et Sophie Le Berre aborde la gestion des intervalles entre les saisons et les séries télévisées de la part de jeunes adultes québécois ne s’identifiant pas comme fan dans un contexte de visionnement connecté. Dans une autre optique, soit celle de la consommation médiatique des fans, l’article de Simon Laperrière « Le parc de Westworld a été localisé : Fan theories et fictions contemporaines » se penche sur la série de science-fiction Westworld (HBO, 2016-présent) et les théories des fans sur le web à l’égard de la série. Plus précisément, il étudie l’interprétation qu’en fait le vlogger « The Film Theorist » afin d’exposer la compréhension et le plaisir que les fans tirent des canons narratifs contemporains. De son côté, Megan Bédard travaille sur le rapport entre les intervalles aménagés par la réception variable des séries télévisées et la construction des identités fan par l’entremise du divulgâcheur dans son article « Ce que les spoilers font aux fandoms : l’expérience collective de l’intervalle télévisuel ». Elle analyse la manière dont la valorisation ou dévalorisation de différents régimes de lecture est révélatrice d’un certain rapport à l’objet populaire et à sa communauté. Pour conclure avec la question des fans, mais cette fois dans le domaine des jeux vidéo, l’article « Les fans qui modifient leurs jeux vidéo : Études des communautés de moddings dans les intervalles des séries vidéoludiques de Bethesda » de Christopher Ravenelle s’intéresse à la modification vidéoludique au niveau historiographique et culturel de la part des communautés de moddeurs dans l’une des plus grandes communautés de modding actuelle; la franchise The Elder Scrolls (Bethesda Softworks, 1994).

      À partir d’une approche qui vise à repenser la notion de sérialité, Baptiste Creps, dans son article « De Star Trek à Star Wars, Réflexions sémantiques de la sérialité autour de Star Trek de J.J. Abrams », s’intéresse au caractère singulier du film Star Trek (J.J. Abrams, 2009) du point de vue de l’étude sérielle puisque ce dernier peut s’interpréter à la fois comme reboot, prequel, suite en plus de comporter en son sein des éléments de remake. La suite de ce film, Star Trek Into Darkness (J.J. Abrams, 2013), est également abordée dans ce texte. Avec « Un chapiteau représentant les Béatitudes du cloître de Moissac (v. 1100) : images et textes en série et représentation rituelle », la spécialiste de l’histoire de l’art du Moyen Âge Kristine Tanton poursuit cette approche en étudiant les bas-reliefs dans un cloître roman pour démontrer que le sens peut être construit non seulement à travers une série d’images, mais aussi à travers les mouvements rituels qui ont eu lieu au fil du temps. Enfin, dans leur article « Les intervalles sériels à l’aune des “séries culturelles” », André Gaudreault et Philippe Marion proposent de mettre en perspective le concept d’intervalle avec celui de série culturelle afin de comprendre les manières multiples et changeantes dont le cinéma se situe dans son environnement médiatique. Les auteurs défendent l’idée d’une lecture sérielle appelant à transcender le côté figé des intervalles institutionnalisés qui séparent les médias, et à revoir et à réorganiser la cartographie des intervalles médiatiques.

      De la littérature aux médias en streaming, à travers les outils de l’analyse historique, esthétique et de l’étude de la réception, ce dossier fait le pari de la diversité et de la complémentarité, afin d’examiner ce qui s’annonce de plus en plus comme un enjeu central des sciences humaines dans un contexte numérique.


      1. On trouvera ici quelques références clés sur ces enjeux. Esquenazi, Jean-Pierre. Les séries télévisées : l’avenir du cinéma ? Collection Cinéma/Arts visuels. Paris : Armand Colin, 2007. Klein, Amanda Ann, et R. Barton Palmer. Cycles, Sequels, Spin-Offs, Remakes, and Reboots: Multiplicities in Film and Television. University of Texas Press, 2016. Lavigne, Carlen (dir). Remake television: reboot, re-use, recycle, Lanham, Maryland: Lexington Books. 2014. Letourneux, Matthieu. Fictions à la chaîne : littératures sérielles et culture médiatique. Poétique. Paris : Éditions du Seuil, 2017.

      2. Précisons également que l’origine du dossier est à trouver dans le colloque international « Intervalles sériels : littérature, cinéma, télévision, médias » qui a eu lieu à l’Université de Montréal les 5-6 avril 2019, sous la codirection de Marta Boni, Thomas Carrier-Lafleur et Marcello Vitali-Rosati. Les articles publiés ici prolongent toutefois les présentations et les réflexions du colloque, dont le dossier n’est pas que les actes, mais une publication autonome.

      3. Deleuze, Gilles. Différence et répétition. 5e éd. Bibliothèque de philosophie contemporaine. Histoire de la philosophie et philosophie générale. Paris : Presses universitaires de France, 1985.

      4. Bien que les publications dans le champ des études médiatiques soient évidemment complètes et variées, peu, en somme, traitent directement et de manière concrète de la notion d’intervalle, d’où l’intérêt de ce dossier. En voici tout de même quelques-unes (liste évidemment non exclusive). Williams, Raymond. Television: Technology and Cultural Form. New York : Schocken Books, 1975. Fiske, John, et John Hartley. Reading Television. London ; New York: Routledge, 1987. Thompson, Kristin. Storytelling in Film and Television. Harvard University Press, 2003. Ellis, John. « Interstitials: How the “Bits in Between” Define the Programmes ». In Ephemeral Media: Transitory Screen Culture from Television to YouTube, édité par Paul Grainge, 59‑69. Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2011.

      5. Jacques Derrida, La dissémination, Paris, Seuil, 1972

      Articles (15)
      Les années trente du XVIIIe siècle correspondent à l’un des moments « périodiques » de la fiction en France, alors que les principale œuvres romanesques – de La Vie de Marianne à Cleveland, de La Paysanne parvenue aux Effets surprenants de la sympathie – paraissent sous la forme de livraisons, …
      À partir de la situation des romans populaires qui naissent en France au début du XXe siècle (et dont nous suivrons les mutations jusqu’aux années 1960), nous souhaitons réfléchir à l’articulation qui existe entre l’intervalle (comme caractéristique temporelle et spatiale des marchandises sérialisées), sa formulation médiatique dans les collections populaires …
      Il faut abandonner une perspective de la sérialité comme purement « industrielle » (Adorno/Horkheimer) ou in fabula (Eco) pour rendre compte de la richesse sémiotique et herméneutique de l’intervalle sériel. Une double répétition (Soulez), structurelle (par le genre, par exemple) et matricielle (par la question irrésolue en jeu tout au …
      La série télévisée propose une structure et un processus narratif qui reposent sur plusieurs types de tension : fragmentation et ensemble, formule et feuilleton, répétition et variation, interruption et absence de principe interruptif, instant et continuité. Elle est même fondée sur la notion d’intervalle si l’on prend en compte les …
      Dans les séries semi-feuilletonnantes formulaires, la structure de la narration sérielle nécessite une ellipse entre deux épisodes. Chaque épisode présente une intrigue close mais bien d’autres histoires se déroulent dans l’interstice entre les épisodes. C’est cet espace, ces autres histoires qui sont présentes mais ne sont pas montrées que cet …
      Ruptures Créations et possibilités queer du vide
      Si l’intervalle est perçu comme une pause entre deux choses, ou encore s’il est considéré comme le produit d’une sérialité, d’une répétition, est-ce que l’entre-intervalle, c’est-à-dire ce moment précis entre la répétition et l’intervalle, pourrait être meublé de quelque chose ? Un vide, ou une forme de vide qui relie …
      Cet article s’appuie sur la monographie de Kozak de 2016, Experiencing Hektor, qui préconise l’utilisation de stratégies narratives télévisuelles pour reconceptualiser notre approche à l’épopée orale de la Grèce antique. Inversant cette dynamique, cet article examine comment certaines caractéristiques de l’épopée orale antique peuvent être utiles pour envisager les stratégies …
      La durée et l’attente Les intermittences du Trône de fer , série romanesque et série télévisée
      Pourquoi l’attente de la prochaine saison d’une série télévisée est-elle aussi insoutenable que courte, alors que celle du roman équivalent, inconfortable sans doute, est cependant, à l’évidence, possible ? Cet article propose des pistes de réponse à partir des exemples comparés de A song of Ice and Fire de George …
      Jouer avec les intervalles et avec le récit Usages et significations de l’intervalle en contexte de visionnement connecté
      Le contexte de visionnement connecté se caractérise par une plus grande autonomie du spectateur, offrant plus de souplesse quant au rythme et à la durée des séances de visionnement. Il permet un visionnement en mode condensé, le revisionnement des épisodes ou saisons aimés et favorise une narration enrichie par les …
      La série Westworld correspond à ce que Matt Hills qualifie d’œuvre casse-tête. Complexe, son récit de science-fiction laisse en suspens plusieurs énigmes qu’une communauté de spectateurs cherchent à élucider. Leurs hypothèses, qui s’appuient sur des visionnements minutieux, font ainsi l’objet de maints débats sur les réseaux sociaux. Portant le nom …
      Les nouveaux dispositifs de distribution et de consommation télévisuels, associés à une mainstreamisation grandissante des œuvres de culture geek (pensons à des séries comme Game of Thrones ou The Walking Dead), provoquent une augmentation des avertissements sur les spoilers (ou divulgâcheurs). Ces derniers naissent d’un décalage : les intervalles aménagés …
      Les fans qui modifient leurs jeux vidéo Études des communautés de moddings dans les intervalles des séries vidéoludiques de Bethesda
      Cet article présente d’emblée la modification vidéoludique au niveau historiographique et culturel pour démontrer que la pratique peut être retracée jusqu’au tout début de l’histoire du jeu vidéo. En prenant les travaux d’Olli Sotamaa et d’Alison Gazzard sur les communautés de moddeurs, ce texte présente ces regroupements de joueurs contemporains …
      De Star Trek à Star Wars Réflexions sémantiques de la sérialité autour de Star Trek de J.J. Abrams
      Remake, reboot, sequel, prequel sont des termes qui sont employés de manière récurrente pour désigner les phénomènes de sérialité qu’impliquent notamment les franchises hollywoodiennes à succès. Dans le cadre de cet article, nous nous concentrons sur le Star Trek de J.J. Abrams, sorti en 2009, ainsi que sa suite Star …
      Cet article considère la façon dont le texte et l’image d’un chapiteau représentant les Béatitudes et son emplacement dans la galerie ouest du cloître de Saint-Pierre à Moissac se rapportent explicitement à l’aumône et au rite liturgique du lavement des pieds. Nous verrons comment le mouvement autour du chapiteau a …
      Dans la mesure où elle s’inscrit par définition en creux, et comme en négatif, la notion d’intervalle permet d’explorer avec un regard nouveau la généalogie des médias et l’intermédialité, et plus particulièrement, ici, la compréhension du cinéma quant aux manières multiples et changeantes qu’il a de se situer dans son …