×

Ce site est un chantier à ciel ouvert habité par les éditeurs, lecteurs, auteurs, techniciens, designers de Sens public. Il s'agence et s'aménage au fil de l'eau. Explorez et prenez vos marques (mode d'emploi ici) !

Lettre des peuples de la forêt à la société non-indigène en temps de pandémie et violences

Résister en temps de pandémie

Informations
  • Résumé
  • Mots-clés (19)
      • Mot-clésFR Éditeur 51 articles 3 dossiers,  
        51 articles 3 dossiers,  
        Mot-clésPT Auteur 2 articles
        2 articles
        Mot-clésFR Éditeur 94 articles 3 dossiers,  
        94 articles 3 dossiers,  
        Mot-clésEN Auteur 4 articles
        4 articles
        Mot-clésFR Éditeur 39 articles 2 dossiers,  
        39 articles 2 dossiers,  
        Mot-clésEN Auteur 8 articles
        8 articles
        Mot-clésFR Auteur 8 articles
        8 articles
        Mot-clésEN Auteur 20 articles
        20 articles
        Mot-clésEN Auteur 2 articles
        2 articles
        Mot-clésFR Auteur 2 articles
        2 articles
        Mot-clésPT Auteur 6 articles
        6 articles
        Mot-clésFR Auteur 20 articles
        20 articles
        Mot-clésFR Éditeur 484 articles 14 dossiers,  
        484 articles 14 dossiers,  
        Mot-clésPT Auteur 20 articles
        20 articles
        Mot-clésFR Auteur 3 articles
        3 articles
        Mot-clésEN Auteur 3 articles
        3 articles
        Mot-clésPT Auteur 2 articles
        2 articles
        Mot-clésPT Auteur 4 articles
        4 articles
        Mot-clésFR Auteur 4 articles
        4 articles
      Texte
      « Communauté ». Photo : Márcia Wayna Kambeba
      « Communauté ». Photo : Márcia Wayna Kambeba

      Nous étions en vie
      Suivre la mission
      Se reposer des guerres
      Marcher lentement
      Endurer avec patience
      L’homme et la nature, un lien millénaire.

      Courses de logs,
      Rituel d’initiation
      Les enseignements de la nature
      La sagesse d’un aîné.

      Flèches de taquara
      Pointant vers un chemin sans fin
      Des siècles de violence
      Je plains mon curumim.

      « Garçon Kambeba ». Photo : Márcia Wayna Kambeba
      « Garçon Kambeba ». Photo : Márcia Wayna Kambeba

      Terres envahies
      Par la force et l’ambition
      ont aveuglé l’homme d’une telle manière
      Qu’il ne voit plus la couleur
      Ni la beauté de la rose
      Sa vue est entraînée à voir
      Pouvoir, avidité et argent
      Qui génère la faim, la violence et le manque d’amour.

      Tout est en train de changer
      Le bois devient dollar
      Tracteurs ouvrant des clairières
      Libération de l’exploitation minière illégale
      Générer des bénéfices, de l’argent, au Brésil c’est réel.
      La pollution des rivières et des lacs,
      Empoisonner les chutes d’eau.

      Intimidation des chefs
      La mort des guerriers
      Le viol répète l’invasion
      Racisme environnemental
      Amener la maladie et la dépendance, un assaut total.

      Nous vivons dans une ère de peur
      D’incertitude, de manque de respect et de confusion
      Nos communautés sont vulnérables
      Encore une fois, nos flèches ne combattent pas
      La vitesse des munitions.

      Et l’année 2020 est arrivée
      Une pandémie à laquelle nous avons dû faire face
      Les communautés n’ont pas pu empêcher
      La maladie qui entre, qui tue, et ainsi de suite.

      Beaucoup ont aidé
      D’autres ont croisé les bras
      Et de loin, ils regardaient la scène se dérouler.
      « Des terres pour les Indiens ?
      Je ne bougerai pas d’un pouce ».
      Des phrases d’effet ont plané dans l’air.

      Réduit une fois de plus
      Nos gardiens nous ont quittés
      Nous restons orphelins, dans un deuil sans fin.
      Visages tristes, marques de douleur
      Provenant d’un génocide, d’un manque d’amour.

      Le chaman avec son rituel
      Demande un remède pour chaque mal
      Beaucoup ont été guéris par les herbes ;
      D’autres, leurs esprits par un rituel guidé Au monde des ancêtres.

      J’ai vu la communauté devenir un bourbier
      À travers la dévastation des mines
      Des rivières asséchées sans poissons
      Et maintenant, on nous traite de « sauvages ».
      Nous qui avons utilisé notre courage
      Pour affronter les hommes du grillage.

      N’autorisez pas le Seneru
      Notre forêt va être détruite
      Nous sommes une seule et même science
      Ce vert est ce qu’il nous reste
      Pour respirer un air plus pur
      Lutter contre le réchauffement climatique

      Empêcher les glaciers de fondre
      Causer un impact environnemental sérieux
      Laisser nos communautés sans champ
      Inondation de nos maisons et de nos champs
      Protéger notre biodiversité
      D’êtres violents, d’étrangers.

      Je veux voir mon curumim
      Grandir en bon état
      Pour sentir le froid de la forêt
      Baignade et eau potable sans pollution
      Même si je sais que le nœud qui ne veut pas se défaire
      Ce sera son héritage
      Et qu’il devra chercher de nouvelles stratégies
      Pour continuer à défendre la nation.

      « Garçon Kambeba ». Photo : Márcia Wayna Kambeba
      « Garçon Kambeba ». Photo : Márcia Wayna Kambeba

      De cette façon, nous continuerons à marquer notre histoire
      Notre chemin suit entre les pertes et les gloires
      Obéir au rythme des eaux,
      La montée et la descente des marées,
      La clairière dans la forêt sombre,
      Le chant du saracura,
      Les pas du jaguar, la force des chamans.

      Nous sommes au 21e siècle
      Nous devons renforcer la foi
      En période de pandémie
      L’union, c’est ressentir la douleur de l’autre
      Le regard perdu d’un enfant
      La douleur de l’accouchement d’une femme.

      Terre Mère !
      Vivre, c’est penser avec équilibre
      C’est d’appartenir à l’endroit
      C’est pour sortir de l’aliénation
      Et voir que la nature est un sujet d’écho.
      Le respect, c’est ça !
      Allez ! Protégez votre maison.

      Dans la communauté dès le plus jeune âge, nous apprenons
      Que notre vie est intrinsèque à la nature
      Et l’un dépend de l’autre,
      Nous sommes plus sur elle qu’elle sur nous.

      Parce que dans cette relation
      L’homme a causé des dommages irréversibles à l’environnement
      Alors que de lui nous recevons soin et protection,
      Ombre et nourriture, couverture du tapiri
      Le col de la mère, je me suis sentie apaisée.
      Nous vivons la génération du consumérisme
      Et le monde se dirige vers l’abîme
      De la disgrâce et de la destruction
      Les banques de semences se vident
      Et du bois qui tombe chaque jour
      Disparaître de la scène
      À leur place, des bâtiments luxueux affichent leurs signes
      Stimuler l’imagination.

      Ceux qui l’ont fait en veulent plus
      Jamais satisfait
      Cela appauvrit la banque de la nature
      Qui n’est jamais pleine
      C’est toujours vide.
      Il ne se multiplie pas, il n’y a pas de temps pour se reconstituer.
      Parce que tout le temps il est pillé
      Et nous ne donnons pas à la déesse verte
      Pas le temps de se ressourcer

      Nous avons l’idée que « l’Amazonie est infinie ». « L’enfer vert »,
      tout le monde y vit.
      Ceux qui le pensent se trompent
      L’Amazonie est finie.

      Où se trouve le droit de vivre de la biodiversité ?
      Fatigué, maltraité par le monde qui le détruit

      Un corps de femme, une âme de femme
      Un arbre pur, un arbre de petite fille.

      Je dis non ! Au viol de la nature
      Par tous ceux qui abusent dans la certitude
      de rassasier leur vanité, leur consommation exagérée
      Où peu ont beaucoup et beaucoup ont peu
      Tant que nous ne créons pas d’appartenance avec l’endroit
      Le pays va continuer à s’embrouiller, à reculer
      Devenir le pays du roi du bétail.
      Et le peuple de la forêt continue à vivre enfermé
      Sans paix, dans la peur.

      « Communauté ». Photo : Márcia Wayna Kambeba
      « Communauté ». Photo : Márcia Wayna Kambeba

      Depuis avant le contact, les peuples originels ont recherché cette interaction avec la nature, cherchant à lui apporter les soins essentiels dont elle a besoin pour rester fertile et prospère. Pendant des années, nos ancêtres faisaient ce qu’on appelle aujourd’hui du compostage : ils accumulaient les épluchures de nourriture, les os d’animaux, etc., le temps se chargeait de travailler tout cela et ensuite ce sol était bien fertilisé avec un PH 6 équilibré et propice à la plantation d’arbres fruitiers. Ce sol a ensuite été baptisé « terra preta de indio » (terre noire d’Inde) par les chercheurs. On trouve ce sol dans de nombreux communautés et autour des sites archéologiques. Tout ceci est une façon de montrer comment les peuples indigènes ont cherché des moyens de ne pas attaquer la TERRE MÈRE, mais ont utilisé des stratégies pour créer une relation de coopération, car ils ont compris que prendre soin de la nature, c’est prendre soin de soi.

      En cette période de pandémie, les marques de Covid-19 sont partout, et chaque personne a une histoire à raconter, faite de peur, de douleur et de chagrin. Nous avons des situations dans lesquelles des femmes qui ont perdu leurs enfants et leurs maris ont fini par faire une dépression. Certains des survivants du Covid-19 ont gardé des séquelles de la maladie et certains s’en remettent, d’autres non. Il existe des cas d’indigènes qui ont pris les deux doses et qui, malgré cela, ont contracté la maladie et sont mortes. Il y a tant de maux qui nous ont affligés en ces temps.

      Nombreux ont été les gouvernants qui sont passés par la Présidence de la République, mais aujourd’hui nous sommes face à celui qui, à chaque instant, nous invite à la confrontation en raison des nombreux maux avec lesquels nous avons vécu. Par exemple, nous luttons contre la non-démarcation de nos territoires et l’absence de politiques publiques pour les personnes vivant à la communauté et en ville en matière d’éducation, de santé et de logement. Il y a un manque de compréhension, de respect et de sympathie.

      L’idée de progrès a radicalement changé le paysage des communautés et de leurs environs. Nous sommes toujours en alerte pour détecter les points de déforestation, d’abattage illégal, etc. Pour cette tâche, certaines communautés s’appuient sur l’aide de la technologie en ce qui concerne les appareils qui peuvent signaler plus rapidement et plus précisément ces informations, comme l’utilisation de drones, de GPS et de caméras de tournage et de photographie pour enregistrer et obtenir des preuves pour les dénonciations. Vivre aujourd’hui est difficile, mais pas impossible ; il faut résister pour laisser un héritage aux nouvelles générations. Le génocide n’est pas terminé, la violence n’a pas disparu, le contact avec la paix ne nous a pas quittés, mais il nous a montré de nouvelles possibilités de vivre, siècle après siècle, notre culture dans le territoire du sacré.

      Nous voulons et nous rêvons d’un lendemain où les rivières seront débarrassées du mercure et où le sol ne présentera pas d’énormes trous causés par l’extraction de minéraux sur les terres indigènes. Nous voulons que l’acajou, l’angélique, la violette et tant d’autres arbres sacrés se dressent, donnant l’assurance que nous aurons un air pur pour survivre. Nous souhaitons sentir les poissons dans la rivière et les voir sauter dans le canoë en saluant notre présence. Nous devons savoir que demain, la nature ne sera pas un souvenir sur un cadre photo, mais sera vivante et présente pour être ressentie par d’autres personnes qui sont des enfants aujourd’hui. C’est pour cette richesse que nous nous battons chaque jour.

      Et nous demandons le soutien de tous, qu’ils vivent au Brésil ou à l’étranger. Le changement climatique touche tout le monde, des riches aux pauvres, des petits aux grands. Il est nécessaire de revoir les concepts et de se débarrasser des vieilles habitudes afin d’en acquérir de meilleures. Adoptez un arbre, une rivière ou un jardin et prenez-en soin avec affection. Valorisez le chant de l’oiseau, son vol et son nid. Suivez de près le cadeau que la vie nous offre. Vivre est un cadeau, mais nous devons savoir comment prendre soin de l’héritage que nous avons avec équilibre et sagesse.

      Márcia Wayna Kambeba
      Activiste de l’ethnie Omágua-Kambeba, née dans une communauté ticuna de Tabatinga, Pará, elle est géographe et titulaire d’un master à l’Université fédérale d’Amazonas, où elle a fait des recherches sur le territoire et l’identité de son ethnie. Elle est également écrivaine, poète, compositrice, présentatrice, actrice et doctorante en Lettres à l’Université fédérale du Pará (UFPA). Elle est actuellement médiatrice générale de la municipalité de Belém, membre du secrétariat de la Mairie.

      Wayna Kambeba Márcia 0000-0002-5365-8565
      Wormser Gérard 0000-0002-6651-1650
      Lettre des peuples de la forêt à la société non-indigène en temps de pandémie et violences
      Résister en temps de pandémie
      Márcia Wayna Kambeba
      Département des littératures de langue française
      2104-3272
      Sens public 2022/11/24 Voix indigènes, pistes pour un renouveau du Brésil
      O presente texto é uma carta destinado sobretudo à sociedade não indígena. Em tempos de pandemia, violência e genocídio, as suas palavras devem ecoar e encontrar novos interlocutores. Aliando sensibilidade poética a engajamento histórico-social, Márcia Wayna Kambeba nos apresenta um retrato necessário da situação da “Terra Mãe” no século XXI. Ela nos faz um convite a pensar a defesa do meio ambiente, os saberes indígenas e a necessidade de se repensar a narrativa de “progresso”.
      Le présent texte est une lettre adressée avant tout à la société non indigène. En période de pandémie, de violence et de génocide, ses mots doivent résonner et trouver de nouveaux interlocuteurs. Alliant sensibilité poétique et engagement historique et social, Márcia Wayna Kambeba nous présente un portrait nécessaire de la situation de la « Terre Mère » au XXI^e^ siècle. Il nous invite à réfléchir à la défense de l’environnement, aux savoirs indigènes et à la nécessité de repenser ledit « progrès ».
      This text is a letter addressed primarily to non-indigenous society. In times of pandemic, violence and genocide, her words must resonate and find new interlocutors. Combining poetic sensitivity with historical and social commitment, Márcia Wayna Kambeba presents us with a necessary portrait of the situation of "Mother Earth" in the 21^st^ century. It invites us to reflect on the defense of the environment, indigenous knowledge and the need to rethink the so-called "progress".
      Écologie http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb158291948 FRBNF15829194
      Brésil http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb119316758 FRBNF119316757
      Politique et société http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb11975806s FRBNF11975806
      Démocratie http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb133185567/ FRBNF13318556
      Lettre, Terre, Progrès, Environnement, Peuples indigènes
      Letter, Earth, Progress, Environment, Indigenous peoples